La manager d'Alanis Morissette vole 5$ millions à la chanteuse et blâme son addiction aux jeux

img auteur
Par LE 08.05.2017
La manager d'Alanis Morissette vole 5$ millions à la chanteuse et blâme son addiction aux jeux

Le manager qui s'occupait de la chanteuse Alanis Morissette depuis des années, ainsi que d'autres célébrités non citées, a été condamné à 6 ans de prison pour avoir volé près de 5$ millions à l'artiste. Selon l'accusé, c'est une addiction aux jeux d'argent qui l'a poussé à voler de plus en plus, au fur et à mesure que l'argent se perdait.

Vrai ou faux addict ?

L'addiction aux jeux d'argent est souvent mis en avant dans les affaires de vol ou blanchiment d'argent. Alors que c'est parfois la cause de nombreux maux, c'est aussi une bonne excuse pour prétexter une « maladie » ou quelque chose qui s'en rapprocherait. Une façon de dédouaner le coupable.

Jonathan Schwartz était associé de la firme GSO Business Management et manager de la chanteuse Alanis Morissette. Malgré un salaire confortable d'1,2$ million annuel, il a volé 5$ millions à Morissette et 2$ millions à 5 autres artistes dont nous ne connaissons pas l'identité. Selon ses dires, l'accusé regrette son geste et assure qu'il dépensera toute son énergie pour se faire pardonner. Une addiction aux jeux d'argent l'aurait entraîné dans une spirale où il lui fallait toujours plus d'argent.

« Au début, j'ai emprunté un peu à mes clients, dans l'espoir de les rembourser si j'arrivais à gagner. L'effet boule de neige s'est enclenché et à mesure que je perdais, je volais plus. Je suis seul responsable de tout ça. Je passerai le reste de ma vie à demander pardon. » a déclaré Schwartz.

Un manipulateur pendant des années

La Cour de justice a toutefois un avis différent, compte tenu de la préméditation et de la manipulation du manager sur sa cliente principale. Selon le juge, Schwartz a adopté cette position de victime (quant à l'addiction) et de repenti pour que le jugement soit plus clément.

Dans un premier temps, Schwartz a accusé Morissette d'être très dépensière et d'avoir un train de vie onéreux. Il a clamé qu'elle construisait des studios et des maisons sans son consentement, de façon à couvrir les 5$ millions qu'il avait subtilisés.

Puis il a confié qu'Alanis Morissette était une consommatrice de drogues dures et qu'elle était mentalement instable : elle ne pouvait pas gérer son argent et les 5$ millions pouvaient être expliqués par ces raisons. La réalité est que Schwartz a tenté de placer ses pions pour justifier les millions manquants, bien avant de se faire arrêter.

« Je faisais des concerts sur ses conseils même si on perdait de l'argent, et il n'arrêtait pas de me pousser à dépenser, dépenser, dépenser ! Il se fabriquait son alibi dès le début. Il n'a pas seulement volé 5$ millions, il a volé un rêve. » a déclaré Alanis Morissette à la Cour.

PUBLICATIONS ASSOCIÉES

Réagir à cet article

Vous devez être connectés pour commenter. Inscrivez-vous ou connectez-vous.