LeoVegas sanctionné par la Commission Britannique avec une amende de 600,000£

img auteur
Par LE 04.05.2018
LeoVegas sanctionné par la Commission Britannique avec une amende de 600,000£

Décidément il semblerait que seule la Commission Britannique des Jeux (United Kingdom Gambling Commission ou UKGC) soit capable de sanctionner un casino lorsque celui-ci faute. LeoVegas a en effet été frappé par une amende de 600,000£ pour avoir failli dans son rôle de protection des joueurs et pour avoir proposé des publicités trompeuses. L’UKGC frappe encore…

L’UKGC frappe encore au portefeuille

Après avoir lourdement sanctionné 888 Holdings en 2017 avec 7,8£ millions d’amende et plus récemment SkyBet avec 1£ million, la Commission Britannique est de nouveau sur le terrain pour frapper où cela fait mal : au portefeuille.

LeoVegas est en effet dans la tourmente après avoir été accusé de ne pas prendre les problèmes de jeux suffisamment au sérieux et pour avoir induit en erreur certains joueurs.

« Nos investigations ont montré, et LeoVegas est d’accord avec ce constat, qu’il y avait des failles dans son système de gestion des joueurs auto-exclus et que ses matériels de marketing pour les affiliés étaient non-conforme aux règles en vigueur. » d’après Neil McArthur, directeur de la UKGC.

Quelque 12,205 joueurs de LeoVegas qui avaient choisi de s‘auto-exclure et de fermer leurs comptes n’ont pas pu récupérer l’argent restant sur ces comptes. En outre, 413 joueurs auto-exclus ont réussi à jouer de nouveau sans problème, esquivant ainsi la règle des 24h d’attente avant de rouvrir un compte joueur.

Du côté du marketing, 41 publicités trompeuses ont été recensées par la Commission. Enfin, 1,894 personnes auto-exclus ont reçu des offres publicitaires par mail ou sms.

L’ensemble de ces fautes relevées par la Commission a justifié l’amende de 600,000£. Comme preuve de sa bonne foi, LeoVegas a accepté la sentence et a déjà renvoyé près de 14,000£ de fonds aux joueurs ayant fermé leurs comptes sans les vider. L’opérateur a également prévu de faire une donation équivalentes aux œuvres de charité.

Au final, c’est une sanction de plus pour la UKGC qui montre une fois de plus qu’elle est apte à sanctionner les opérateurs, même les plus importants et les plus réputés. Un nouveau signal fort envoyé à l’ensemble du marché.

PUBLICATIONS ASSOCIÉES

Réagir à cet article

Vous devez être connectés pour commenter. Inscrivez-vous ou connectez-vous.