Arjel - Bilan des jeux en ligne pour l'année 2012 en France

img auteur
Par LE 26.01.2013
Arjel - Bilan des jeux en ligne pour l'année 2012 en France

L'Autorité de Régulation des Jeux En Ligne (Arjel) en France a publié les chiffres pour l'année 2012. Le nombre d'opérateurs est passé de 35 à 22 l'année passée. Le total des fonds déposés a atteint 988 millions d'euros, contre 1,06 milliard en 2011 et ce sont 435 millions qui ont été retirés par les joueurs, contre 457 millions en 2011. Les chiffres montrent une légère baisse...

Les Français misent plus sur les paris sportifs

Les comptes actifs de paris sportifs ont augmenté de 9%, passant de 705,000 en 2011 à 765,000 en 2012. Les paris sportifs en eux-mêmes ont augmenté de 19% soit 705 millions d'euros en 2012 contre 592 millions en 2011, ce qui signifie que les joueurs ont parié sensiblement plus d'argent.

Les revenus bruts des jeux ont également augmenté de 19%, soit 138 millions d'euros contre 115 millions en 2011. 59% des ces paris sportifs proviennent des résultats de football, suivi par le tennis avec 19% et le Basket avec 8%. L'Euro 2012 et les Jeux Olympiques de Londres ne sont certainement pas étrangers à ces résultats...

Paris hippiques en hausse en 2012 en France

Les paris hippiques augmentent sensiblement

Concernant les paris hippiques, le nombre de comptes actifs s'est plus ou moins stabilisé, montrant une minuscule hausse de 1% (509,000 en 2012 contre 502,000 en 2011). Là aussi, les parieurs ont misé sensiblement plus puisque 1,124 millions ont été joués, soit 9% de mieux qu'en 2011 (1,034 millions).

Le revenu brut des jeux a observé une augmentation de 8,5% pour arriver à 263 millions d'euros contre 243 millions en 2011.

Le poker en ligne en baisse

Le nombre de comptes de joueurs actifs à très légèrement augmenté, passant de 1,686,000 en 2011 à 1,717,000 en 2012 (+2%). Les joueurs de poker en ligne français ont un peu moins joué en cash-game, certainement dû à l'augmentation généralisée du rake au début 2012 (6,534 millions en 2011 contre 6,182 millions en 2012, soit -5%). 

En revanche, le bilan des tournois est plus favorable et l'augmentation par rapport à 2011 est de 21%. Le revenu brut des jeux a quant à lui baissé de 5%, passant de 314 millions d'euros à 297 millions en 2012.

Poker en ligne en France en légère crise

Une législation rigide, mais objectifs atteints selon Mr Vilotte

Le nombre d'opérateurs presque divisé par deux en 1 an et les taxes trop rigides empêchent le marché des jeux en ligne de se développer correctement en France. Jean-François Vilotte, président de l'Arjel est néanmoins satisfait de l'année écoulée.

« Le marché légal des jeux en ligne, ouvert en Juin 2010, s'est installé et il n'y a pas eu d'explosion de la demande, ce qui constituait les deux objectifs de la régulation ». 

Le point de vue des joueurs est évidemment différent... Ceux-ci déplorent le nombre de plus en plus limité d'opérateurs, et donc la demande de moins en moins complète. De plus les taxes pour le poker par exemple (essentiellement cash-game) rebute beaucoup d'amateurs du jeu de cartes à jouer régulièrement en ligne, tout du moins sur les sites agréés.

Car d'après les cabinets d'études H2 Gambling Capital et GamblingData, il est estimé à presque 50% la part du marché français captée par les opérateurs illégaux, soit, le calcul est facile, 1 joueur sur 2, qui ne joue pas sur les sites légaux. La raison à cela ? Tout simplement les raisons évoquées plus haut c'est-à-dire une taxation trop importante, pour les opérateurs et donc répercutée sur les joueurs (devenus les véritables vaches à lait de l'industrie) et l'offre de plus en plus restreinte, la faute à l'Arjel et sa volonté de ponctionner les opérateurs, et surtout de réduire le marché à quelques entreprises maîtresses.

A noter également que ces 50% estimés par les cabinets d'études se situent principalement dans l'offre de paris sportifs. Retenons aussi que ces chiffres ne sont pas prouvés et que nous ne savons pas grand chose de la méthodologie adoptée pour arriver à ce résultat inquiétant de 50% de fuite. A nuancer donc...

Néanmoins et pour finir, les prélèvements fiscaux de l'année 2012 atteignent la somme de 327 millions d'euros alors que le produit brut des jeux pour les opérateurs a atteint 698 millions d'euros. Soit environ 47% du produit brut des jeux des opérateurs qui part dans les poches de l'état, sous forme de racket légal et malsain, mais légal... Une situation qui ne risque pas d'attirer de nouveaux opérateurs, et qui risque même de faire fuir le peu qui reste en France. Au final nous n'aurons plus qu'une poignée d'opérateurs si la situation ne change pas dans les années qui viennent. Fini la diversité du marché français et l'offre attractive. Merci l'Arjel.

PUBLICATIONS ASSOCIÉES

Réagir à cet article

Vous devez être connectés pour commenter. Inscrivez-vous ou connectez-vous.