Barrière annonce vouloir se séparer de 11 de ses établissements français

img auteur
Par LE 20.07.2015
Barrière annonce vouloir se séparer de 11 de ses établissements français

Alors que le groupe Barrière annonçait en fin d'année 2014 vouloir investir 210 millions d'euros dans des rénovations, il semblerait que la stabilité financière de la structure ait besoin d'un peu de souffle, à première vue. Barrière a en effet annoncé qu'il allait probablement vendre 11 de ses établissements à travers la France.

Un peu de ménage

L'annonce est claire, même si peu de précisions ont été apportées.

« Le groupe Lucien Barrière a reçu des offres de rachat pour 11 établissements, 9 petits casinos et deux hôtels. »

La liste de ces établissements est la suivante : les 9 casinos de Besançon, Briançon, Carnac, Chamonix, Dax, Jonzac, Leucate, Perros-Guirec, les Sables d'Olonne et les deux hôtels de Pullman Bordeaux Lac et le Mercure Niederbronn.

Le groupe a précisé qu'il avait reçu des offres mais qu'il se refusait à tout commentaire concernant l'identité des intéressés. « Nous avons bien reçu des offres. Nous n'en sommes qu'au stade de la réflexion. »

Pour certains des sites visés, les salariés sont très inquiets, comme à Carnac où 50 personnes sont employées.

Une restructuration pour coller à l'image de luxe

Même si certains complexes de Barrière ne sont pas à proprement dit de bonnes affaires financièrement, la raison évoquée pour ces ventes est le fait de vouloir améliorer son image et « empêcher » que certains casinos ou hôtels ne ternissent l'image de luxe.

Barrière veut se débarrasser de ses petits établissements pour favoriser la « grandeur » du groupe et proposer une majorité de gros resorts, plus raccord avec l'image de luxe du groupe. Le principe du resort est qu'il combine plusieurs activités comme le casino, l'hôtel, le thalasso, golf, etc...

Nous n'avons aucune information sur l'identité des structures qui seraient intéressées, mais il pourrait s'agir de concurrents casino comme Partouche, Joa ou Vikings.  

PUBLICATIONS ASSOCIÉES

Réagir à cet article

Vous devez être connectés pour commenter. Inscrivez-vous ou connectez-vous.