Betclic-Everest quitte le marché en ligne russe, après le marché belge

img auteur
Par LE 14.04.2014
Betclic-Everest quitte le marché en ligne russe, après le marché belge

Quelques temps après que Betfair ait annoncé son retrait du marché russe, c’est au tour du groupe français Betclic-Everest de passer à l’acte et de fuir ce marché pourtant lucratif.

La volonté de la Russie d'enrailler le poker en ligne

Le groupe a préféré ne pas faire de commentaire sur ce sujet mais tout porte à croire que cela fait suite à la déclaration de guerre du gouvernement russe contre le poker en ligne. Récemment, la Russie a annoncé vouloir enrayer cette activité. Pokerstars avait réagi en déclarant que cela ne le concernait pas dans la mesure où sa propre activité était légale et qu’il ne craignait pas de proposer son offre aux résidents russes, mais tous ne prennent pas la même décision.

Concernant le poker en ligne dans ce pays, la récente déclaration des autorités russes mettait certains poids-lourds de l’industrie sur liste noire. On peut y voir des sociétés comme Pokerstars, Unibet ou PartyPoker.

Pokerstars est pourtant le plus important opérateur de poker en ligne du pays. Les joueurs russes sont bloqués quand ils se rendent sur le site de Pokerstars et qu’ils tentent de télécharger le logiciel, à cause de leurs adresses IP. Mais pour ceux qui possèdent déjà ce logiciel, il suffit de le lancer et il n’y a normalement pas de problème.

La Russie est un pays très peuplé avec plus de 140 millions d’âmes et que le nombre de joueurs de poker amateurs est de plus en plus important. Il suffit de jouer en ligne pour s’en rendre compte. Sur Pokerstars, ils sont sous aucun doute la nation la plus représentée. Se passer des russes pourrait donc faire beaucoup de mal en termes de revenus chez Pokerstars.

Après la Belgique, la Russie pour Betclic

Mais Betclic n’est pas Pokerstars. Et il sait qu’il peut facilement être perdant dans cette histoire. Ceci fait suite au retrait de Betclic-Everest du marché en ligne belge après que le gouvernement belge ait saisi 600.000 euros pour les activités illégales du groupe. Ce dernier a préféré quitter le marché belge car une amende de plus d’1$ million lui pendait au nez s’il continuait à y exercer une activité alors qu’il ne possède pas de licence d’opérer.

PUBLICATIONS ASSOCIÉES

Réagir à cet article

Vous devez être connectés pour commenter. Inscrivez-vous ou connectez-vous.