Bulgarie : près de 3 % de la population est dépendante aux jeux d’argent

img auteur
Par LE 14.10.2018
Bulgarie : près de 3 % de la population est dépendante aux jeux d’argent

Bien que la Bulgarie soit actuellement le pays le plus pauvre de l’Union Européenne, son marché des jeux de hasard est en plein boom depuis plusieurs années. En effet, en 2017, ce dernier pesait près de 1,5 milliards d’euros. Or, d’après le magazine local 24 Chasa, plus de 200 000 bulgares souffriraient d’une forme d’addiction aux jeux de casino. Une psychothérapeute a en effet récemment tiré la sonnette d’alarme dans le cadre d’une interview accordée à la presse. 

Pas loin de 3 % de la population bulgare souffre d’addiction aux jeux d’argent

La psychothérapeute bulgare Anna Todorova a expliqué au magazine 24 Chasa que 53 % des hommes et 44 % des femmes qui composent la population bulgare ont joué au moins une fois aux jeux de hasard depuis le début de l’année en cours. Introduites il y a sept ans de cela, les cartes de grattage préoccupent beaucoup les médecins. Les revenus tirés de tels jeux augmentent de 30 % d’une année sur l’autre et la population a du mal à ne pas céder aux campagnes marketing extrêmement agressives des différents opérateurs, lesquels font miroiter des gains monstrueux à tous les coins de rue. 

D’après Mme Anna Todorova, le segment de la population qui est le plus à risque n’est autre que les plus jeunes. Ce sont en effet eux qui sont les plus affectés par les jeux de grattage, et ce pour une raison simple : ils agissent de manière plus impulsive, moins réfléchie que les adultes, et leur faculté de jugement n’est pas encore arrivée au bout de son processus de développement, souligne la psychothérapeute. Par ailleurs, le médecin met aussi en évidence le fait que les personnes dont l’éducation est modeste, qui vivent en-dessous du seuil de pauvreté, mais également les retraités, sont eux aussi affectés par l’influence négative des jeux de hasard. Il existe enfin un troisième segment de la population qui est à risque : ce dernier regroupe des individus dont l’empreinte génétique montre une attraction forte à tels jeux et produits. 

Des restrictions pour mettre fin aux publicités agressives

Fort heureusement, le gouvernement bulgare n’est pas insensible à ce problème d’addiction qui s’abat parmi les plus faibles. Le Premier Ministre Valeri Simeonov et son parti, le Front National pour le Secours de la Bulgarie, ont présenté un texte qui vise à restreindre la promotion de jeux de hasard de manière drastique. Le projet de loi a également pour vocation de diviser par deux le nombre de locaux commercialisant des jeux de grattage dans tout le territoire. Le texte législatif sera bientôt présenté aux autorités européennes et devra ensuite faire face à l’opposition, laquelle est majoritairement représentée par le Parti Socialiste Bulgare.

PUBLICATIONS ASSOCIÉES

Réagir à cet article

Vous devez être connectés pour commenter. Inscrivez-vous ou connectez-vous.