Californie - 25 salles de poker terrestres réclament au gouvernement une législation en ligne

img auteur
Par LE 23.07.2014
Californie - 25 salles de poker terrestres réclament au gouvernement une législation en ligne

Le poker est en ligne est encore assez discret aux Etats-Unis. Pour le moment, seul trois états ont légiféré – Delaware, Nevada et New Jersey – avec un succès mitigé. Le plus gros poisson américain, la Californie, pourrait cela dit faire beaucoup plus de bruits avec ses presque 40 millions d’habitants (quasiment quatre fois plus que les trois états cumulés). Récemment 25 salles de poker terrestres de cet état ont envoyé une missive au gouvernement pour leur informer du fait qu’elles étaient intéressées pour une ouverture de marché.

Casinos indiens et salles de poker main dans la main

Cette annonce va certainement avoir un certain poids sur les législateurs. Il y a quelques temps déjà, 13 tribus indiennes de casinos se sont alignées et affirmées leur intérêt pour une ouverture de marché.

 « Je pense qu’il est plutôt impressionnant de voir 13 tribus indiennes toutes sur le même crédo par rapport à la législation, et maintenant nous avons 25 salles de poker en plus qui s’alignent sur la même position. […] Cela soulève la possibilité que la législation de déplace, et il y aura certainement des amendements en août pour répondre aux besoins des gens. »

Voilà une bonne façon d’envoyer Sheldon Adelson paître par rapport à son grand projet de lutte contre le poker en ligne. Non-content d’être surreprésenté dans le domaine des casinos terrestres, celui-ci veut à tout prix faire interdire le poker en ligne aux Etats-Unis. Les raisons évoquées ne sont évidemment pas les bonnes, et Shelly a plutôt peur de perdre quelques pécules si les américains jouent en ligne et moins dans ses casinos. Il ne doit pas avoir assez de milliards de côté pour réagir comme cela…

Le potentiel de « l’effet domino » de la Californie

Autant les casinos indiens étaient d’accord sur tous les points lorsqu’ils ont exprimé leur avis au gouvernement, autant les salles de poker ne sont pas aussi unanimes. Certaines d’entre elles expriment des avis légèrement divergents sur tel ou tel détail mais elles sont sur la même longueur sur la globalité.

L’un des points principaux de la lettre envoyée par ces salles étaient que ces dernières voulaient une législation, que chacun d’entre eux pouvait y participer comme il l’entendait et qu’une clause de « mauvais acteur » soit mise en place - comme cela a été le cas au New Jersey avec Pokerstars.

Après une période de calme pour le poker en ligne aux Etats-Unis, on constate donc que la Californie pourrait suivre dans un futur proche. Si tel est le cas, il est certain que cet état sera une véritable locomotive pour les autres susceptibles de légaliser le poker sur internet.

PUBLICATIONS ASSOCIÉES

Réagir à cet article

Vous devez être connectés pour commenter. Inscrivez-vous ou connectez-vous.