Incroyable fraude de l'homme qui contrôlait les gagnants de la promotion Monopoly de McDonald's

img auteur
Par LE 03.08.2018
Incroyable fraude de l'homme qui contrôlait les gagnants de la promotion Monopoly de McDonald's

Un ex-policier, responsable de la promotion Monopoly que McDonald's a organisé pendant des années, a été accusé d’avoir volé des millions en choisissant les gagnants et récupérant une part des bénéfices. Bien que l’homme ait été arrêté en 2001, on a appris récemment d’autres détails sur cette affaire, notamment la façon dont Jerome Jacobson a opéré.

Il choisissait les gagnants et prenait une commission

La promotion Monopoly de McDonald’s reste l’une des plus phénoménales que la firme de junk food ait connu. Elle a permis au géant américain de booster ses ventes par 40 % entre 1989 et 2001. Le principe était que les clients pouvaient trouver dans certains produits de la firme des cases de Monopoly avec des gains cachés. Si la plupart trouvaient des prix modestes comme des frites ou une boisson, certains ont trouvé des récompenses beaucoup plus intéressantes et lucratives.

Jerome Jacobson est un ex-policier qui a travaillé en tant que chef de la sécurité chez Simon Marketing, la firme qui gérait la promotion Monopoly pour Mcdonald’s. Pendant des années, l’homme s’est arrangé pour attribuer les prix les plus intéressants aux gens qu’il choisissait, en échange d’une partie des gains.

Il a reçu des paiements compris entre plusieurs milliers et plusieurs dizaines de milliers de dollars. D’après l’enquête, ses commissions les plus importantes avoisinaient les 100,000$. La promotion Monopoly a été extrêmement lucrative pour lui.

Tout a commencé en 1989 quand l’un de ses amis lui a demandé s’il pouvait s’arranger pour faire gagner certaines personnes. Jacobson a répondu à l’affirmative et a fait en sorte de faire gagner 10,000$ à cette personne (tout en prenant soin que le ticket soit gagné officiellement par un tiers). Jacobson a récupéré 2,000$ de cette somme à titre de commission.

C’est le début de l’engrenage pour Jacobson qui réalise qu’il peut faire gagner qui il veut, en échange d’une partie des prix.

Plus tard, il fait gagner à ce même ami 200,000$ qui part sans donner sa part à Jacobson. Malgré cette déconvenue, Jacobson se rend compte qu’il y a beaucoup d’argent à gagner via cette magouille mais qu’il doit s’assurer d’avoir son dû à chaque fois. « J’ai cru que je pouvais lui faire confiance car il m’avait payé la première fois. »

L’escalade et la chute de Jacobson

Pour continuer son « affaire », il se met à la recherche de complice et fait la connaissance de Gennaro Colombo, membre de la mafia sicilienne, et de sa femme Robin, pour trouver des gagnants potentiels répartis sur tout le territoire américain. L’intérêt étant d’éviter d'éveiller les soupçons de McDonald’s et faire en sorte de récupérer les commissions à chaque fois.

Colombo a gagné le fameux ticket lui attribuant une superbe Dodge Viper et plusieurs tickets à 1$ million via ses contacts. Les cotes pour remporter ces prix mirobolants étaient l’équivalent de celles de remporter le Powerball soit environ 1 chance sur 250 millions.

En 1998, Colombo trouve la mort dans un accident de la route et sa femme choisit de quitter le business. Jacobson se met donc en quête de nouveaux partenaires et trouve Richard Couturier et Andrew Glomb, un ancien trafiquant de drogue.

L’année suivante, les autorités réalisent que plusieurs des gagnants à 1$ million sont liés à la veuve Robin Colombo. En outre, l’un des gagnants à 1$ million est accusé d’avoir revendu quelque 180 kilos de cocaïne. Le FBI commence à enquêter et finit, en 2001, par arrêter huit personnes dont Jacobson. Celui-ci ira en prison jusqu’en 2005 et remboursera 1$ million de gains illégaux.

Aujourd’hui, Glomb a parfois des nouvelles Jacobson, qui vit paisiblement en Georgie. Il admet que cette fraude était tellement rentable et facile qu’il pourrait le refaire à nouveau, même s’il accepte d’avoir jouer avec le feu et perdu. « A chaque fois que je parle à Jacobson, je le cherche toujours gentiment en lui demandant s’il lui reste des tickets » plaisante-t-il.

Nous vous invitons à lire tous les détails de cette histoire via TheDailyBeast.

PUBLICATIONS ASSOCIÉES

Réagir à cet article

Vous devez être connectés pour commenter. Inscrivez-vous ou connectez-vous.