La Belgique envisage de construire deux nouveaux casinos terrestres

img auteur
Par LE 20.10.2014
La Belgique envisage de construire deux nouveaux casinos terrestres

Le gouvernement belge a décidé de potentiellement autoriser la construction de deux nouveaux casinos terrestres, afin d’aider entre autres le développement des jeux en ligne. Le pays passerait donc de 9 à 11 casinos terrestres. La décision n’est pas encore entérinée mais est bien avancée.

Deux nouveaux casinos pour deux nouvelles licences en ligne

Le gouvernement a annoncé ce projet qui a pour but de développer le poker en ligne dans le pays et de tenter d’augmenter les taxes annuelles. En effet, la législation impose que tout casino en ligne et salle de poker en ligne soit affilié à un casino terrestre (et dispose d’une licence de la Commission des Jeux)

Pour augmenter l’offre de jeux d’argent en ligne, l’une des prérogatives est donc d’augmenter le nombre de casinos belges (à moins de permettre à des établissements terrestres d’être affiliés à plusieurs plateformes en ligne).

« Le gouvernement va revoir la loi sur les jeux de hasard du 7 mai 1999, avec l’objectif d’augmenter à 11 le nombre d’établissements de jeux de classe 1. »

Ce n’est donc pas qu’une bonne nouvelle pour ces futurs casinos terrestres, mais aussi pour le marché des jeux en ligne.

Pour le moment, il existe des ententes entre Pokerstars et le casino de Namur, bwin.party et le casino de Belcasinos, Unibet et celui de Blancas ou encore Ladbrokes et le Middelkerte Casino-Kursaal.

L’avantage qu’ont les joueurs belges par rapport au poker en ligne en France ou en Italie est qu’ils peuvent jouer sur les marchés internationaux et disposer d’un panel de joueurs plus importants. Ils n’ont pas l’obligation de ne jouer qu’entre eux.

Méfiance du côté des joueurs de poker

La contrepartie qui devrait se produire est la création d’une nouvelle taxe visant spécifiquement les joueurs de poker professionnels. Pour le moment, leurs gains ne sont pas taxés mais cela pourrait changer prochainement.

« Un individu qui joue au poker régulièrement et qui y passe suffisamment de temps et d’efforts pour en faire une profession devrait déclarer ses gains comme s’il s’agissait d’une autre activité professionnelle classique. » a déclaré l’administration belge.

Le pourcentage n’est pas encore défini mais celui-ci pourrait être démesuré… Michel Maus, expert fiscal belge, parle d’un maximum de 75%, ce qui serait l’équivalent d’une balle dans le pied pour les meilleurs joueurs professionnels du pays. Taxer oui, mais gare à ne pas surtaxer et faire fuir les joueurs…

PUBLICATIONS ASSOCIÉES

Réagir à cet article

Vous devez être connectés pour commenter. Inscrivez-vous ou connectez-vous.