La relation entre Facebook et les applications de jeux en ligne

img auteur
Par LE 18.03.2014
La relation entre Facebook et les applications de jeux en ligne

Facebook et ses dirigeants se vantent d'être le nouveau modèle en matière de jeux, ce qui n'est pas totalement faux avec la croissance des jeux sociaux. Comme Mark Zuckerberg l'a déclaré en 2011, son but n'est pas de construire une plateforme de jeux, mais de faire partie de chacune d'entre elles.

Pour fonctionner, passez par Facebook

L'un des responsables Facebook, Julien Cordoniou déclare que la moitié du top 30 des applications disponibles sur iOs et Android ont démarré sur Facebook, qui est en effet un superbe tremplin pour se faire connaître du grand public (la barre du milliard de comptes actifs a été largement dépassée).

En outre, 55% du top 100 des applications ont aussi utilisé Facebook pour croître. Parmi elles, celle qui met tout le monde d'accord : Candy Crush Saga de l'éditeur King, qui vaut maintenant des milliards.

La folie des jeux sur mobile

« Il y a une nouvelle tendance dans le monde des jeux qui dit que si vous voulez devenir important sur les supports mobiles, vous devez commencer sur Facebook. » ajoute Cordoniou.

Car avec l'expansion incroyable des jeux sur mobile, Facebook continue son travail d'intermédiaire – un travail d'ailleurs extrêmement rémunérateur. La firme a déclaré que ses ventes ont bondi de 77% à 2,6$ milliards pendant le dernier trimestre 2013. Sur ces 2,6$ milliards, 1$ milliard provenait de la publicité sur les applications mobiles.

Le mobile a permis à Facebook de se rassurer et de retrouver une croissance très forte. « Les gens veulent tout le temps jouer à des jeux ». Aujourd'hui, vous ne trouvez pas d'endroit où les gens ne sont pas rivés sur leurs portables. Et pour beaucoup d'entre eux, ce qui les occupent sont les jeux. Les pauses toilettes sont devenues « amusantes », l'attente pour le casse-croûte passe beaucoup plus vite, etc... C'est la réalité que Facebook a compris.

Un rôle d'intermédiaire bien rémunéré

Les développeurs de jeux qui proposent leur création au grand public peuvent donc choisir un partenariat avec Facebook pour avoir une visibilité maximale. De plus, les fonctions d'inviter un ami à jouer à un jeu ou le fait de poster les résultats sur votre mur accélèrent la propagation. En contrepartie, la société de Zuckerberg prend 30% des bénéfices de ces éditeurs.

Aujourd'hui, plus de 260 millions de personnes jouent à des jeux sociaux chaque mois – dont 600,000 tous les jours. Zuckerberg avait donc raison sur le fait qu'il ne veut pas être une plateforme de jeux mais être l'endroit où toutes les plateformes sont réunies.

PUBLICATIONS ASSOCIÉES

Réagir à cet article

Vous devez être connectés pour commenter. Inscrivez-vous ou connectez-vous.