L'ancien maire de Denver prend position contre les jeux de casino en ligne

img auteur
Par LE 16.01.2014
L'ancien maire de Denver prend position contre les jeux de casino en ligne

L'ancien maire de la ville de Denver aux Etats-Unis s'est exprimé contre les jeux de casino en ligne, et par extension les jeux d'argent en ligne, en déclarant entre autres que cela ferait perdre leur emploi à beaucoup d'américains.

Un discours alarmiste sans argument

Wellington Webb a écrit un billet pour le Denver Post dans lequel il déclare que les jeux d'argent en ligne sont un danger pour les populations (cela ne vous dit rien?). Selon lui, cela va être particulièrement dangereux pour les classes moyennes et basses et cela va rendre ces formes de jeux trop accessibles aux mineurs.

Enfin pour finir ce bilan, Webb ajoute qu'avec ces ouvertures de marchés en ligne aux Etats-Unis, les travailleurs américains seront impactés et risquent de perdre leur job. Malheureusement pour lui, aucun argument valable n'a été avancé pour corroborer ces affirmations...

« Alors que tout cela est habillé de façon fun et facile – avec beaucoup de couleurs et d'actions – les jeux d'argent en ligne vont finir par détruire des vies, et nos citoyens les plus faibles vont être submergé. Cela représente un scénario de cauchemar pour les parents qui doivent déjà faire face à de nombreuses menaces sur internet. »

La messe est dite. Les propos volontairement alarmistes de Webb ont un but clair : ayez peur des jeux d'argent en ligne.

Un protégé de Sheldon Adelson

Après ces prises d'opinion extrêmes, il est intéressant de connaître l'actualité de cet ancien maire de Denver. Quelle ne fut pas ma surprise en apprenant que l'homme a été engagé récemment par Sheldon Adelson pour l'aider à propager des idées négatives sur les jeux d'argent en ligne.

Comme le savez, Adelson a lancé une lutte anti-gambling en ligne seul contre tous. Il y a quelques semaines, on apprenait que le milliardaire mettait de gros moyens pour ce combat et cela passe, entre autres, par le fait d'employer des politiques, lobbyistes, pour appuyer son idée.

Parmi ces gens achetés pour leur opinion, on retrouve des politiques comme Blanche Lincoln et l'ancien gouverneur de New York George Pataki.  

PUBLICATIONS ASSOCIÉES

Réagir à cet article

Vous devez être connectés pour commenter. Inscrivez-vous ou connectez-vous.