Le coup de grâce pour le fournisseur de jeux de casino Sheriff Gaming

img auteur
Par LE 25.03.2014
Le coup de grâce pour le fournisseur de jeux de casino Sheriff Gaming

Les jeux de Sheriff Gaming, le fournisseur spécialisé dans la 3D, ne vont vraisemblablement plus être disponibles pour les joueurs. Retour sur une affaire qui a pris de l’ampleur et qui ne devrait apparemment pas se régler…

Les premiers signes l’année dernière

Depuis quelques mois, la situation du fournisseur de jeux Sheriff Gaming est très mauvaise. L’année dernière, il faisait face à des accusations de blanchiment d’argent et de graves fraudes (notamment lié au trafic de drogue) et se faisait suspendre momentanément sa licence de jeux de la Commission d’Alderney. La faute était imputée à Sheriff Gaming mais surtout à son propriétaire Bubble Group, qui visiblement gérait les opérations de façon peu honnête.

Le coup de grâce en 2014

Les choses se sont envenimées en ce début d’année quand on a appris que cette licence lui était définitivement retirée, et que le groupe se déclarait officiellement en faillite. Pour pallier à cette situation et pour pouvoir garder le contrôle de ses jeux, il créait une nouvelle structure appelée Blue Gem Gaming. Les dernières péripéties de cette histoire semblent indiquer que cette structure n’est pas plus « clean » que l’ancienne et que cela soit la fin définitive de Sheriff Gaming/Blue Gem.

Tout cela n’est pas encore définitivement terminé mais certaines sources sérieuses affirment que c’en est fini pour ce développeur de jeux. Aussi tous les jeux Sheriff Gaming disponibles en gratuit sur JeuxCasino.com ne sont plus accessibles et bien entendu les casinos en ligne utilisant ce logiciel ne peuvent plus proposer ces jeux. Nous vous tiendrons informés de l’évolution de cette affaire, même si tous nous porte à croire que l’éditeur de jeux néerlandais ne pourra pas se relever d’une telle histoire…

PUBLICATIONS ASSOCIÉES

Réagir à cet article

Vous devez être connectés pour commenter. Inscrivez-vous ou connectez-vous.