Le joueur high-roller qui refusait de payer 2.2$ millions au Ritz Casino condamné à 10 mois ferme

img auteur
Par LE 15.04.2016
Le joueur high-roller qui refusait de payer 2.2$ millions au Ritz Casino condamné à 10 mois ferme

Un joueur high-roller qui avait été condamné au paiement de ses 2,2$ millions de dettes de jeux au Ritz Casino de Londres vient d'être condamné à 10 mois de prison pour ne pas avoir payé cette amende. L'homme dont la fortune est estimée à 1$ milliard a prétendu ne pas avoir de quoi payer.

Il refusait de payer

Safa Abdulla Al Geabury, un homme d'affaires basé en Suisse, a été condamné en juillet 2015 à payer 2,2$ millions au Ritz Casino suite à une soirée de 2014 où il a flambé plus que de raison à la roulette.

Al Geabury a refusé de payer cette dette à l'origine. Il prétendait qu'il n'avait pas les fonds pour payer, que son addiction - qu'il avait clairement exprimé au casino - lui empêchait de gérer pleinement son argent. Il avait expliqué à la cour qu'il était victime de dépression, d'angoisses, et n'arrivait plus à dormir. Pour l'aider contre tous ses maux, il prenait de nombreux médicaments qui altéraient son jugement et ses capacités.

Par dessus tout, il a tenté de faire croire que le diable en personne l'avait incité à jouer.

Un spécialiste de la flûte

L'opération de victimisation aurait pu passer si l'homme n'était pas connu pour être extrêmement aisé. Le juge a estimé qu'Al Geabury n'avait rien fait pour régler cette situation et l'a condamné à 10 mois de prison ferme. Il peut toutefois réduire cette peine s'il paie son amende dans les plus brefs délais.

Al Geabury a déclaré qu'il était trop pauvre pour voyager en Angleterre pour son procès. Il a ajouté que sa déclaration passée, où il attestait posséder pour près d'1$ milliard en arts, était fausse. Ces biens appartiennent en fait à son grand-père.

Comme la Cour ne semblait pas réceptive à ses arguments, le Suisse a continué en déclarant qu'il était actuellement privé de domicile et qu'il logeait chez un ami. Il aurait été prêt à se rendre à Londres pour le procès si le Ritz avait payé pour son séjour, trajet inclut.

Selon Justice Spencer, le juge, il y a de nombreuses preuves de la fortune d'Al Geabury et l'homme d'affaires peut régler son ardoise sans la moindre difficulté. Il possède notamment une résidence secondaire au cœur de Londres.

PUBLICATIONS ASSOCIÉES

Réagir à cet article

Vous devez être connectés pour commenter. Inscrivez-vous ou connectez-vous.