Le retour de l'affiliation pour les jeux d'argent

img auteur
Par LE 23.09.2011
Le retour de l'affiliation pour les jeux d'argent

Une année après l'ouverture des jeux d'argent à la concurrence en France et après avoir testé différents canaux d'acquisitions, les opérateurs reviennent sur leur affiliation.


Beaucoup d'observateurs annonçaient la fin du modèle de l'affiliation dans le jeu en ligne, en soulignant le fait que les budgets d'acquisitions des Winamax, Bwin et consorts passaient par de nouveaux plan de communications faisant la part belle aux campagnes TV, presse et radio. De nombreux opérateurs ont ainsi réduit les commissions versées aux affiliés, winamax réduisant par exemple de 40% ses commissions. D'autres ont même annoncé leur fermeture (voir fermeture sajoo).

Les affiliés ont du faire avec et rechercher des synergies en fusionnant. Ce mouvement de concentration a ainsi permis de voir émerger quelques poids lourds de l'affiliation en Europe : CMedia, TAP, etc. Ces groupes ont pu pallier la baisse des commissions aux affiliés en négociant du "volume" avec les opérateurs. Les deals n'avaient alors rien à voir avec les conditions offertes aux affiliés lambda.

Un retour de l'affiliation en France pour 2012

affiliation pmu

Les canaux d'affiliation traditionnels décevants..

Mais voila, faire de la pub à la radio ou à la TV, ca coute très cher. Winamax, Bwin et Betclic l'ont bien compris. Si en plus vous sponsorisez des équipes de foot (l'OL et l'OM pour Betclic, Saint-Etienne et le PSG pour Winamax), les budgets explosent littéralement. Le problème majeur avec ces canaux d'acquisition traditionnels est que le ROI (retour sur investissement) n'est absolument pas quantifiable. Pour faire clair, il n'y a aucun moyen de "tracker" la valeur des joueurs que l'on recrute.

Un retour logique à l'affiliation pour 2012

Le retour à l'affiliation comme mode de recrutement privilégié s'annonce évident pour la fin 2011/début 2012, surtout en temps de crise. Pouvoir "tracker" la valeur des joueurs recrutés permet de mieux gérer ses couts et ainsi éviter d'avoir un "burn-rate" trop élevé.

La preuve de ce changement de direction stratégique ? les opérateurs qui changent peu à peu leurs conditions et font le dos rond aux affiliés. Winamax.fr a annoncé récemment l'assouplissement de ses palliers de rémunérations en fonctions du nombre de joueurs recrutés.

Et c'est un acteur historique qui a fait mieux, le PMU, en augmentant carrément de 150% la rémunération accordée à ses affiliés, en passant à 70€ le lead. Une politique agressive mais qui reste plus cohérente dans un milieu aussi concurrentiel.

PUBLICATIONS ASSOCIÉES

Réagir à cet article

Vous devez être connectés pour commenter. Inscrivez-vous ou connectez-vous.