Les casinos en ligne fuient les Etats-Unis

img auteur
Par LE 29.07.2011
Les casinos en ligne fuient les Etats-Unis

Depuis le Unlawful Internet Gambling Enforcement Act de septembre 2006, le ciel s'est assombri un peu plus chaque année pour les opérateurs de jeux d'argent en ligne aux Etats-Unis.


Le Black Friday, puis le Black Monday d'Avril dernier ont précipité encore un peu plus les choses : les trois mastodontes US du Poker (Absolute Poker, Pokerstars, Fulltiltpoker) ont en effet connu un violent coup d'arrêt à leurs activités US. Jamais depuis 2006 et le retrait de leurs concurrents (888, Bwin, PartyPoker), les trois salles n'avaient été inquiétées.

Les autorités américaines se sont concentrées sur leur point faible pour les faire tomber : les transactions financières. Comme ils l'avaient fait pour coincer Al Capone, la principale charge retenue n'était pas la pratique illégale d'activité de jeux de hasard mais le blanchiment d'argent et l'évasion fiscale.

Etats Unis casinos en ligne

Les casinos en ligne commencent à déserter le marché

Les casinos en ligne continuaient également à prospérer (hors Playtech et Microgaming) mais depuis quelques mois, les principaux éditeurs se retirent du marché de peur de tomber sous le coup de la justice. Les dirigeants le savent, ils ne peuvent pas se permettre de se mettre le FBI à dos ou leur vie serait un enfer.. Les casinos continuant d'exercer (après la sortie de Rival) sont les casinos Real Time Gaming et Betsoft. Mais ils ne devraient plus tarder à prendre la poudre d'escampette, une fois les caisses remplies.

Cette situation est donc compliquée dans le sens ou les joueurs US (tout comme les joueurs FR) se retrouvent à jouer sur des sites illégaux, dont la sécurité est malheureusement sensiblement inférieure aux autres casinos et qui sont souvent domiciliés dans des juridictions sans réelles licences de jeux d'argent (Costa-Rica).

Bodog déserte à son tour les Etats-Unis

L'emblématique Calvin Ayre, fondateur de Bodog.com a annoncé récemment que son groupe stoppait toute ses activités aux Etats Unis pour se concentrer sur les marchés européens et asiatiques. Bodog vient en fait d'obtenir une licence britannique et préfère ne pas jouer les cow-boys outre manche..Ils avaient d'ailleurs bodog.com vers bodog.eu pour éviter les problèmes avec les fédéraux.

PUBLICATIONS ASSOCIÉES

Réagir à cet article

Vous devez être connectés pour commenter. Inscrivez-vous ou connectez-vous.