Les Français ont moins dépensé dans les jeux d'argent et de hasard en 2013

img auteur
Par LE 28.01.2014
Les Français ont moins dépensé dans les jeux d'argent et de hasard en 2013

Les joueurs français ont baissé leurs dépenses liées aux jeux d'argent en 2013. Par rapport à l'année 2012, la baisse est de 2,5%.

800 millions d'euros en moins

Selon un rapport de l'AFP, les français ont moins eu la fièvre du jeu en 2013. Réunissant toutes formes de jeux d'argent, y compris les lotos et jeux à gratter, les dépenses ont été de 31,7 milliards d'euros contre 32,5 milliards d'euros en 2012, soit une baisse de 800 millions d'euros.

C'est un fait inhabituel depuis une dizaine d'années en France car le niveau des dépenses de jeux augmentait sensiblement chaque année avec un pic en 2012. La moyenne journalière est de 86,8 millions d'euros, un chiffre assez impressionnant tout de même.

On sait que les gens peuvent avoir tendance à dépenser un peu plus en temps de crise sur les jeux d'argent pour deux raisons principales : l'envie de se divertir et l'envie de gagner une forte somme, encore plus bienvenue quand les finances sont difficiles. Mais jusqu'à cela peut-il aller ? Il semblerait que 2013, ses tensions sociales et son chômage constant, ait eu raison de ce « principe », qui est vrai jusqu'à un certain point.

Jeux en ligne, casinos terrestres et FDJ

La baisse des dépenses s'est ressenti pour les jeux en ligne. Le poker est en baisse et même si les paris sportifs sont en hausse, le marché est globalement en retrait (voir Partouche quitte le marché du poker en ligne français). Les 18 opérateurs officiels ont vu leur revenus chuter de 10%.

Pour les casinos terrestres, c'est aussi vrai. De nombreux établissement en France peinent à boucler l'année correctement et de plus en plus sont obligés de mettre la clé sous la porte. Résultat : -4,25% du Produit Brut des Jeux pour les 197 casinos terrestres en France.

Seule la Française des Jeux a réussi à augmenter ses ventes de 1,8% en 2013.

PUBLICATIONS ASSOCIÉES

Réagir à cet article

Vous devez être connectés pour commenter. Inscrivez-vous ou connectez-vous.