Moins de joueurs de casino sociaux en 2015 mais qui ont dépensé comme jamais

img auteur
Par LE 02.02.2016
Moins de joueurs de casino sociaux en 2015 mais qui ont dépensé comme jamais

Les jeux de casino sociaux ont semble-t-il moins eu la cote en 2015 qu'en 2014. Une étude des chercheurs de SuperData a montré que le nombre de joueur actifs a baissé de 13% l'année dernière. Pourtant, les joueurs restants dépensent bien plus qu'avant.

Générosité ou addiction ?

13% de baisse de joueurs année sur année ne peut être vu comme une nouvelle nouvelle, à moins que les dépenses des joueurs existants ne soient en constante augmentation. Le fait d'avoir moins de joueurs montre une certaine défaillance dans le secteur mais le fait de voir les dépenses augmenter semble être tout à normal.

Les joueurs qui ont déjà dépensé tendent à dépenser encore, et parfois à augmenter leurs dépenses à mesure qu'ils sont impliqués dans un jeu. Beaucoup acceptent d'investir une certaine somme d'argent sur leur jeu préféré tous les mois, et voit cela comme une sorte d'abonnement à cette activité de loisir. Enfin, la multiplication d'applications à options payantes pousse les utilisateurs à dépenser au moins une fois. Puisque l'application a été gratuite, ils acceptent souvent de dépenser une petite somme, mais poursuivent parfois en investissant bien plus.

Les applications de jeux de casino sociaux peuvent être payantes si le joueur choisit d'acheter des jetons supplémentaires par exemple. Toutefois, les jetons achetés ne seront jamais que des jetons fictifs ; le joueur n'achète que le droit de jouer plus longtemps – il n'a pas à attendre un certain temps pour voir sa balance rechargée.

D'après des chiffres de 2012, nous avions appris Zynga gagnait 70% de son chiffre d'affaires hors-pub grâce à 0,5% de ses utilisateurs réguliers. Aujourd'hui et d'après Superdata, 2/3 (soit environ 66%) du chiffre d'affaires généré par les applications de casinos sociaux est fait par 0,23% des joueurs.

Un marché dominé par un groupe de développeurs

En parallèle, SuperData remarque que les 10 plus gros développeurs d'applications contrôlent 81% du marché, alors que cette part était de 69% il y a 2 ans. Le marché est de plus en plus dominé par quelques gros poissons et les petits développeurs ont du mal à se faire une place face à cette concurrence.

Enfin, il a été remarqué que les programmes fidélité, en particulier pour les VIP, sont un outil utile, si ce n'est indispensable, pour l'acquisition et la rétention de joueurs. Les 5 plus grosses applications avec programme de fidélité ont gagné 68% de plus que les 5 plus grosses applications sans programme de ce genre.  

PUBLICATIONS ASSOCIÉES

Réagir à cet article

Vous devez être connectés pour commenter. Inscrivez-vous ou connectez-vous.