Partouche sort peu à peu de l'hôtellerie

img auteur
Par LE 07.06.2011
Partouche sort peu à peu de l'hôtellerie

casino partoucheLe Groupe Partouche se désengage peu à peu de l'hôtellerie, pour rembourser ses prochaines échéances de paiement..

Le moins que l'on puisse dire, c'est que les opérateurs de casinos terrestres ne sabrent pas le champagne en ces temps difficiles. Le groupe fondé par Isidore Partouche qui a connu nune très forte croissance dans les années 1990 et au début des années 2000 voit les belles années s'éloigner un peu plus. Le groupe doit en effet vendre certains de ses actifs pour rembourser 4 prochains échéanciers de taille, faute de quoi ce sera la faillite assurée. 

Au 31 Décembre 2012, Partouche devra rembourser 5 millions d'euros, puis 15 millions en 2013, 25 millions en 2014 et 55 millions en 2015. Espérons que la croissance revienne pour que ce groupe historique gare la tête hors de l'eau. 

Revenir sur son coeur de métier : les jeux et le divertissement

La stratégie adoptée par Fabrice Paire, nouveau président du directoire du casino en remplacement de Patrick Partouche, est de se concentrer sur les activités de coeur du casinotier, à sa voir les jeux et le divertissement. Pour se désendetter, le groupe va donc progressivement se séparer de trois hôtels à Lyon, Divonne les Bains et Juan les Pins. Pour autant, cela ne veut pas dire que le groupe va brader ses établissements et cette cession d'actifs se fera progressivement.

Partouche compte miser sur le online, bien que sa salle de poker PartouchePoker.fr connaisse des débuts timides. La salle a compté 80 000 joueurs actifs au cours de sa première année mais a fait le pari très risqué d'une plateforme de jeu propriétaire (réseau indépendant). Ce choix stratégique se traduit malheureusement par un manque de liquidités de joueurs et l'impossibilité d'arriver à une masse critique suffisante quand des Everest, Pokerstars ou Winamax bénéficient déjà de plusieurs années d'avance (dans l'illégalité) en terme de recrutement.

A terme, le groupe sollicite le gouvernement pour une ouverture des jeux de casino en ligne, avec des licences délivrées uniquement aux opérateurs de casino en dur, pour éviter les rouleaux compresseurs Betclic et Bwin.

PUBLICATIONS ASSOCIÉES

Réagir à cet article

Vous devez être connectés pour commenter. Inscrivez-vous ou connectez-vous.