Rencontre officielle entre Autorités de Régulation en ligne de France et de Lettonie

img auteur
Par LE 31.07.2014
Rencontre officielle entre Autorités de Régulation en ligne de France et de Lettonie

Les autorités de régulation des jeux en ligne de France et de Lettonie se sont rencontrées récemment pour discuter de l’évolution de leurs marchés respectifs. Le but était de « comparer les deux marchés et observer la façon dont ils ont évolué ».

Une nouvelle réunion inter-régulations

Le mois dernier, la délégation singapourienne rendait visite à l’Arjel pour « prendre note sur le modèle français ». Maintenant c’est une visite officielle entre autorité française et lettone qui a lieu. Y-aurait-il du changement dans l’air chez l’Arjel ?

La réunion a eu lieu le 23 juillet et a réuni Charles Coppolani, président de l’Arjel qui a succédé à Jean-François Vilotte en début d’année, le conseiller général de la LGSI, Janis Ungurs et le président de cette autorité, Signe Birne.

Il faut savoir que même si la Lettonie a légiféré son marché des jeux en ligne, seuls cinq opérateurs possèdent des licences, ce qui peut s’expliquer par la faible population de deux millions d’âmes seulement.

Malgré tout quand on observe le ratio opérateurs/population, le constat est bien plus engageant en Lettonie qu’en France car les joueurs, proportionnellement, ont plus de choix pour trouver des sites de jeux.

Trop de différences entre ces deux marchés

D’après une note publiée sur le site de l’Arjel, le régulateur a expliqué que l’autorité lettonne souhaitait prendre des informations sur le fonctionnement du marché des jeux en ligne français (mais pourquoi…). Ces derniers veulent « profiter de l’expérience de l’Arjel ».

« Bien que les systèmes ne soient pas comparables l’un avec l’autre, La Lettonie partage les mêmes priorités en termes de protection du joueur et de lutte contre les fournisseurs illégaux. »

« La comparaison des deux marchés n’a pas permis aux différents partis de trouver beaucoup de points communs parce qu’ils sont trop différents en termes de structure, fournisseurs et taxations. » a déclaré l’Arjel. Cela valait bien le coup de se rencontrer…

En d’autres termes, rien n’est comparable entre France et Lettonie. Les populations sont très différentes, le niveau de vie moyen montre une différence du simple au triple, mais la plus grosse différence provient du niveau de taxation des opérateurs.

Les opérateurs en France ont la chance de débourser 37% de leur produit Brut des Jeux en taxe alors que la Lettonie a choisi un niveau de taxation de moins de 5%. La différence est colossale.

Il est étonnant que la Lettonie veuille s’inspirer de quelques manières que ce soient du marché français étant donné que l’Autorité de Régulation Lettonne exerce depuis 2003 déjà, soit 7 ans avant le lancement du marché français, et qu’une « mise à jour » a été effectuée en 2013. 

PUBLICATIONS ASSOCIÉES

Réagir à cet article

Vous devez être connectés pour commenter. Inscrivez-vous ou connectez-vous.