Un joueur suisse est condamné à payer 2£ millions au Ritz Casino de Londres

img auteur
Par LE 05.08.2015
Un joueur suisse est condamné à payer 2£ millions au Ritz Casino de Londres

Un joueur suisse vient d'être condamné à payer 2£ millions au Ritz Casino pour une dette qu'il avait contractée en une seule soirée de jeux. Nous avions parlé de son cas, alors qu'il essayait de ne payer sa dette de 2£ millions en prétextant qu'il était un joueur compulsif, qu'il n'avait pas les capacités de gérer totalement son argent à cause de ce problème et que le diable l'avait poussé à jouer quand même.

Renvoi dans les 6 mètres

La défense de Safa Abdulla Al-Geabury n'a pas fonctionné comme il le voulait. Peut-être le fait qu'il soit milliardaire a influencé le jugement du tribunal, qui a estimé qu'il n'était pas honnête de se faire rembourser les pertes de cette session, plus quelques autres, avec une fortune personnelle aussi importante.

Au final, il ne voulait pas payer le casino et voulait en plus se faire rembourser des pertes passées, plus les dommages et intérêts justifiés par le fait que le casino, selon les dires de Al-Geabury, était au courant de la faille du joueur et qu'il l'a vilement exploité. Il demandait entre 3,3£ et 5,3£ millions de dédommagement.

La vérité semble un peu différente.

Al-Geabury aurait demandé au casino un crédit de 5£ millions, juste après avoir utilisé un gros chèque pour payer une session perdante de roulette (ce sont les 2£ millions de pertes). Mais le casino aurait refusé cette allonge de 5£ millions, et Safa a alors estimé qu'il n'avait pas à payer son chèque.

Pour déterminer si l'homme était véritablement « victime de lui-même » par rapport à son addiction – et savoir si le casino a réellement exploité son problème – la cour a fait appel à un expert psychiatrique. Après quelques interrogations et délibérés, le juge a rendu son verdict et condamné l'homme à payer les 2£ millions au Ritz Casino, plus les intérêts de cette dette contractée en février 2015.

« La défense a échoué à prouver qu'Al-Geabury souffrait d'un trouble de quelque sorte. Il a finalement reconnu n'avoir jamais indiqué au staff du casino qu'il était victime d'un problème de ce type. Il est seul responsable de sa mauvais fortune. »

PUBLICATIONS ASSOCIÉES

Réagir à cet article

Vous devez être connectés pour commenter. Inscrivez-vous ou connectez-vous.