Une étude montre une baisse des joueurs compulsifs en Angleterre

img auteur
Par LE 18.01.2014
Une étude montre une baisse des joueurs compulsifs en Angleterre

La Commission des jeux de hasard de Grande-Bretagne a publié une étude concernant les problèmes de jeux et plus précisément la part de joueurs compulsifs parmi l'ensemble des joueurs en Angleterre. 

2/3 des anglais jouent à des jeux d'argent

Cette étude a été menée en 2012 et a permis à ses auteurs d'affirmer que le nombre de joueurs compulsifs était en baisse. Avant de voir si cela semble pertinent, retour sur quelques chiffres.

Selon l'étude, il existe 28 millions de personnes qui ont misé de l'argent à des jeux en 2012, ce qui équivaut à 65% de la population adulte. Ce chiffre fort s'explique par le fait que les loteries sont également comptabilisées. Sans cela, la part des joueurs tombe à 43%.

La Commission a communiqué le chiffre de 0,5% correspondant à la part de joueurs ayant des problèmes avec le jeu. Ce chiffre est assez faible et en-dessous de ceux de 2007 (0,6%) et 2010 (0,9%). Cela tendrait à dire que les solutions contre le jeu compulsif fonctionnent...

Une étude qui semble sérieuse...

Pour mener à bien cette opération, la Commission a contacté 8,000 joueurs âgés d'au moins 16 ans et les a interviewés personnellement sur leurs habitudes de jeux. Il est clair que peu de joueurs vont admettre ou même se rendre compte qu'ils ont un problème avec le jeu. Néanmoins, le fait que les personnes aient été interrogées en personne appuie ces résultats. D'ailleurs d'autres études menées par d'autres organismes montrent des chiffres similaires, on peut donc accorder une certaine confiance à cela.

Rebekah Eden de la Commission déclare : « Ces chiffres montrent que peu de joueurs ont été confrontés directement à des problèmes de jeux, mais dans certaines couches de populations les résultats sont bien plus élevés. Cela donne encore plus de motivation aux acteurs de l'industrie pour identifier les personnes en proie à ce type de problèmes et pour les aider. »

PUBLICATIONS ASSOCIÉES

Réagir à cet article

Vous devez être connectés pour commenter. Inscrivez-vous ou connectez-vous.