Une femme détourne plus de 500.000£ pour flamber aux jeux d'argent et se faire plaisir

img auteur
Par LE 14.05.2014
Une femme détourne plus de 500.000£ pour flamber aux jeux d'argent et se faire plaisir

Une assistance en finance de 26 ans vient d’être condamnée à 3 ans de prison après avoir plaidé coupable pour les charges à son encontre. Elle a détourné en tout 508.000£ à son employeur pour pouvoir flamber et se faire plaisir dans d’autres domaines.

Une somme gigantesque détournée, puis dépensée

Charlotte Darwen a été condamnée à rester 3 années derrière les barreaux après avoir failli causer la perte d’une entreprise d’assurance automobile. Elle est parvenue à subtiliser de fortes sommes, qui ont entraîné une période de trouble financière pour la société et fait perdre leur emploi à quelques personnes.

Pendant sa période de fraude, elle a effectué 352 faux paiements pour elle-même, qu’elle a ensuite utilisé pour flamber dans des jeux d’argent mais également pour se faire de beaux cadeaux. Cette fois-ci, l’argument parfois discutable de la « maladie de l’addiction aux jeux » est bien moins efficace quand on sait qu’elle a utilisé l’argent pour avoir recours à de la chirurgie esthétique, mais aussi pour se payer des places de concerts, payer les réparations de sa voiture, partir en vacances et j’en passe. L’argent de la société d’assurance n’a pas été perdu pour tout le monde…

Sur les 508.000£ volés, 420.000£ ont tout de même été perdus dans les jeux. Son ancien employeur ne peut que constater son erreur de jugement : « Darwen était quelqu’un en qui j’avais confiance et elle a abusé de sa position. Le montant total qu’elle a volé est la preuve se son côté sournois ».

La peine a été calculée aussi en fonction des dommages collatéraux que Darwen a occasionnés. Elle a fait du tort à la société qui l’employait, mais également à son employeur et aux collègues qui ont perdus leur emplois par sa faute.

PUBLICATIONS ASSOCIÉES

Réagir à cet article

Vous devez être connectés pour commenter. Inscrivez-vous ou connectez-vous.