Vente prochaine des deux derniers casinos terrestres de Partouche en Belgique

img auteur
Par LE 21.02.2014
Vente prochaine des deux derniers casinos terrestres de Partouche en Belgique

Le groupe Partouche est réellement en difficulté. Dernièrement il a annoncé qu'il allait céder ses deux derniers casinos terrestres en Belgique. Après les casinos de Dinant et de Knokke (vendus 10,75 millions et 16,5 millions d'euros), ce sont donc les derniers établissements du plat pays qui vont être vendus pour tenter d'éponger doucement la dette.

Fini le marché belge pour Partouche

Le groupe qui devrait racheter ses casinos devrait être DR Gaming Technology, qui est déjà responsable du rachat de celui de Dinant. Partouche s'apprête donc à quitter totalement le marché qu'il avait abordé il y a presque 20 ans, en 1995.

La vente des deux derniers casinos belges est importante pour Partouche qui a communiqué avoir consenti «  une option d'achat portant sur la totalité du capital des sociétés d'exploitation des casinos belges d'Ostende et de Chaudfontaine, au même acquéreur que celui du casino de Dinant. »

Une dette globale de 230 millions d'euros

La dette du groupe Partouche atteint aujourd'hui les 230 millions d'euros, tout est donc bon pour ramener un peu de liquidité. L'année dernière, Partouche avait annoncé son retrait du marché du poker en ligne français et belge après avoir accumulé 15 millions de pertes en seulement 3 ans d'exercice. Après le scandale de la garantie annoncée du Partouche Poker Tour et celui des comptes illégaux, le groupe veut se refaire une santé.

Malgré tout, les résultats annuels du groupe sont en légère hausse, ce qui n'empêche pas d'être déficitaire certes, mais en tout cas un peu moins... Le chiffre d'affaires est en baisse de 3,2% (436 millions d'euros). Mais le résultat opérationnel est en hausse de 82% (16,6 millions d'euros) grâce aux efforts de la société, notamment sur la baisse des coûts publicitaires et du personnel. Partouche a encore beaucoup de chemin avant d'être « clean ».

PUBLICATIONS ASSOCIÉES

Réagir à cet article

Vous devez être connectés pour commenter. Inscrivez-vous ou connectez-vous.