Résultats Arjel au troisième trimestre - Baisse de 21% du cash-game poker

img auteur
Par LE 28.10.2013
Résultats Arjel au troisième trimestre - Baisse de 21% du cash-game poker

Les joueurs le constatent depuis quelques années, et surtout depuis 2012, le poker en ligne français craint... Ce n'est pas vraiment la faute des opérateurs qui pour la plupart peinent à dégager des profits, mais plutôt à l'Arjel qui a trop limité le marché pour les opérateurs, ce qui a handicapé en dernière instance les joueurs.

Le poker en ligne chute

Les résultats de l'Arjel du troisième trimestre 2013 montre que le volume joué en cash-game est en chute grave. Par rapport au troisième trimestre 2012, la baisse est de 21% ! Et pour préciser que ceci n'est pas une erreur de parcours mais simplement la continuité de ce qu'il se passe depuis l'année passée, la baisse était de 13% au premier trimestre et de 16% au deuxième. Youhou !

Autre point qui tend à montrer que la baisse de revenus ne concerne pas tous les secteurs de jeux, le fait que les paris sportifs soient en hausse de 17%. Il semble clairement y avoir un problème pour le poker en ligne français... Beaucoup de joueurs se lassent du rake prélevé (pourcentage de chaque pot qui revient à la room) trop important, qui rend encore plus difficile de faire du profit.

Le produit brut des jeux des opérateurs est en baisse de 17% pendant ce trimestre. Ce qui montre bien que ce n'est pas eux qui s'en mettent plein les poches, mais simplement qu'ils sont trop taxés d'un côté, et que les joueurs jouent de moins en moins de l'autre.

Le ras le bol des joueurs

Petite nuance cependant, les joueurs fuient les tables mais les joueurs de MTT sont un peu plus nombreux. Pas de quoi compenser les chiffres puisque la hausse sur les tournois n'est que de 4%, autrement dit nous n'avons pas affaire à une migration de joueurs (à part pour un faible pourcentage d'entre eux), mais bel et bien à des masses de joueurs qui ne veulent/peuvent plus jouer en cash-game, et par extension au poker en ligne.

Conclusion, le marché du poker en ligne n'est pas encore à l'agonie mais est sérieusement blessé. Si l'Arjel ne fait rien pour enrailler la situation dans laquelle il s'est (et nous a) mis, les fermetures des rooms de poker risquent de s'enchaîner. Peut-être que l'Arjel a le projet de ne compter que sur une ou deux salles de poker en France qui seraient les seules à survivre et proposer leur offre... Auquel cas c'est réussi messieurs, on y arrive.

PUBLICATIONS ASSOCIÉES

Réagir à cet article

Vous devez être connectés pour commenter. Inscrivez-vous ou connectez-vous.