Sans casinos, les Japonais ont misé 203$ milliards aux jeux d'argent en 2015

img auteur
Par LE 01.02.2017
Sans casinos, les Japonais ont misé 203$ milliards aux jeux d'argent en 2015

Un récent article de Bloomberg a confirmé que les Japonais étaient de sérieux prétendants lorsqu'ils s'agissait de jouer à des jeux d'argent. Les joueurs du pays ont en effet misé 203$ milliards en 2015 sur les machines à sous et les jeux de pachinko. Un montant très important compte tenu du fait que les casinos terrestres n'ont pas encore été implantés.

4% du PIB

Les salons de pachinkos sont très populaires dans le pays et occupent la plus grosse partie des dépenses de jeux. Ce montant de 203$ milliards dépensés correspond à 4% du PIB Japonais. Malgré tout, cela ne représente que 2/3 des dépenses de jeux de l'année 2005.

Les Japonais peuvent également miser sur les courses de chevaux, bateaux, vélos, motos et acheter des tickets de loterie. Les courses de chevaux sont les plus prisées.

Les futurs casinos gagnent de la valeur

Même sans les casinos, les Japonais trouvent déjà le moyen de dépenser des fortunes aux jeux. C'est un signe qui peut être alarmant ou prometteur, selon le point de vue. Pour les casinotiers intéressés par l'ouverture du marché, c'est une excellente nouvelle. Le Japon a en effet validé la loi sur les casinos resorts en fin d'année dernière, reste à définir clairement les règles de cette future légalisation. Il y aura normalement trois licences attribuées à trois opérateurs et les candidatures sont ouvertes.

Il n'est pas encore sûr que les Japonais soient autorisés à jouer dans leurs propres casinos. Certains pays asiatiques ont en effet bloqué l'accès à leurs résidents, craignant que les problèmes de jeux augmentent et condamnent une partie de la population. Malgré tout, le Japon est l'un des pays les plus développés au monde, il serait donc surprenant que les joueurs du pays soient interdits.

Les casinotiers ont eu vent de ces dépenses phénoménales sur les machines à sous et le pachinko, ils vont donc faire leur possible pour permettre l'accès aux résidents japonais, quitte à faire payer un prix d'entrée comme c'est le cas à Singapour par exemple. Ne pas profiter des dépenses potentielles des Japonais serait s'enlever une grosse partie du chiffre d'affaires.

Quoiqu'il en soit, la position géographique avantageuse du Japon permettra d'attirer de nombreux touristes asiatiques, notamment de pays comme la Chine, le Vietnam ou la Corée du Sud, mais également d'Australie ou de Nouvelle-Zélande.  

PUBLICATIONS ASSOCIÉES

Réagir à cet article

Vous devez être connectés pour commenter. Inscrivez-vous ou connectez-vous.