Bilan de l'année 2014 du marché des jeux de casino en ligne en Italie

img auteur
Par LE 23.01.2015
Bilan de l'année 2014 du marché des jeux de casino en ligne en Italie

Le marché des jeux en ligne italien a ses bons et mauvais côtés. Côté poker en ligne, les chiffres sont en baisse depuis quelques années. Heureusement, l’activité casino en ligne a montré de bons résultats et « sauve » l’ensemble.

Après deux ans, tout va bien pour les casinos en ligne

D’après le site eGaming Review, le secteur des jeux de casino en ligne a clos l’année avec une croissance de 24% par rapport aux chiffres de 2013. C’est la deuxième année de croissance pour les opérateurs en ligne du pays. Les machines à sous sont un secteur particulièrement en vogue dans le pays.

« La croissance des casinos en ligne est certainement due au fait que les fournisseurs ont arrêté de proposer leurs jeux aux opérateurs en .com, qui ciblaient les joueurs italiens. »

« Par cela, les personnes qui jouaient auparavant chez ce type d’opérateur ont fait la migration vers les opérateurs régulés. »

Comme de nombreux opérateurs ont accepté de jouer le jeu, les parieurs du pays ont pu passer en mode « légal ». Pour pouvoir cibler les italiens, les opérateurs doivent soumettre une demande de licence au régulateur du pays (AAMS).

Parmi les opérateurs internationaux étant intéressé par l’Italie, on retrouve le casino Paf. C’est sur le casino Paf que le record du monde de jackpots en machines à sous a eu lieu, quand Mega Fortune explosait pour la somme incroyable de 17.8€ millions.

Le chef des opérations de Paf, Anders Ingves, a déclaré qu’il voulait considérer d’autres marchés européens (Paf est Finlandais) et le marché italien pourrait parfaitement faire l’affaire. L’achat récent de la plateforme Winga pour 10€ millions pourrait permettre de rajouter des jeux de casino et de paris sur cette dernière, et peut-être aborder le marché italien dans le futur.

Le poker en ligne en difficulté

En revanche le poker en ligne n’est pas aussi positif que les casinos. Pendant décembre 2014, les chiffres du cash-game ont montré une baisse de 24% par rapport au même mois en 2013.

Pokernews a aussi comparé les résultats de décembre 2012 à décembre 2014 et a constaté que la baisse était encore plus significative sur deux ans avec -43%.

Les tournois de poker se portent moins mal et accusent une baisse de 5%.

Ce qui ne change pas est la domination de Pokerstars sur ce marché. L’opérateur de l’île de Man, comme sur d’autres juridictions, est responsable de l’essentiel des revenus – entre 50 et 75% selon le type de jeux.

PUBLICATIONS ASSOCIÉES

Réagir à cet article

Vous devez être connectés pour commenter. Inscrivez-vous ou connectez-vous.