Le Portugal a légiféré sur les jeux de casino en ligne - Lancement pour la fin d'année

img auteur
Par LE 01.07.2014
Le Portugal a légiféré sur les jeux de casino en ligne - Lancement pour la fin d'année

Depuis un peu plus d’une semaine, les jeux de casino en ligne ont été autorisés au Portugal. Dorénavant c’est l’Inspeccao de Jogos (l’équivalent de l’Arjel) qui jouera le rôle de gendarme à ce niveau. Parallèlement à cette ouverture de marché, le pays est bien décidé à être plus rigoureux concernant les joueurs à problème et va multiplier les mesures pour empêcher ces joueurs de sombrer.

Un accent porté sur la protection du joueur

Parmi les conditions pour obtenir une licence de jeux, les opérateurs devront avoir leur siège au Portugal, tout en proposant une plateforme en ligne en « .pt », garantir un minimum de capital d’entreprise de 250.000 euros et enfin adopter des mesures strictes en matière de protection des joueurs.

Ce dernier axe est l’un des points sur lesquels les législateurs ont le plus insisté. La lutte contre l’addiction est sur le papier l’un des piliers de cette ouverture. Empêcher les joueurs à problème de jouer en ligne pourrait leur couper l’envie de se rendre dans un casino terrestre si cela est bien fait, c’est en tout cas ce vers quoi les autorités veulent aller. Il y a du chemin…

Il y aura une liste de joueurs bannis qui sera commune à tous les opérateurs. Cela empêchera les joueurs de se bannir ou se faire bannir d’une plateforme et d’aller vers une autre dans la foulée. Les opérateurs qui feront le choix d’ignorer cette liste se mettront dans une posture où ils risqueront des amendes pouvant arriver au million, ainsi que des peines de prison.

L’un des buts de cette manœuvre pour le gouvernement est de faire comprendre (ou faire croire selon les points de vue…) à la population qu’il fait de son mieux pour enrailler les problèmes de jeux. Car depuis quelques années, beaucoup de plaintes et de critiques émanent du peuple sur ce sujet épineux.

Cela est dû en partie au mauvais travail de certains casinos terrestres qui refusent de prêter attention aux listes déjà existantes de joueurs bannis. Il est très fréquent qu’un joueur n’ayant pas le droit de jouer soit autorisé à dépenser son argent dans un établissement de jeux, sans qu’aucune sanction n’ait lieu.

La tentative du gouvernement d’insister sur ce point en particulier n’est donc pas anodine… L'ouverture effective devrait avoir lieu en fin d'année.

PUBLICATIONS ASSOCIÉES

Réagir à cet article

Vous devez être connectés pour commenter. Inscrivez-vous ou connectez-vous.