Les autorités philippines attaquent les bureaux de la société de jeux Bodog

img auteur
Par LE 27.11.2013
Les autorités philippines attaquent les bureaux de la société de jeux Bodog

Les bureaux de Bodog à Manille, Philippines, ont récemment été attaqués par les forces de l'ordre, prétextant des activités illégales de la part du groupe.

Une suspicion de fraude de la part des autorités

Peu après avoir annoncé le lancement de la fondation visant à aider financièrement les victimes du typhon Haiyan, Bodog est donc dans une actualité beaucoup moins reluisante !

Les employés de Bodog ont été interrogés par la police mais personne n'a été interpellé. Certains ordinateurs et d'autres possibles preuves ont été saisis par les autorités pour y être examiné. Le chef de l'opération Roberto Fajardo a déclaré à différents médias qu'il pensait que Bodog était coupable de certaines fraudes sur son activité de jeux, notamment le fait de permettre à des malaisiens de jouer en ligne, ce qui leur est interdit.

Il recherche actuellement le fondateur de Bodog, Calvin Ayre, qui était supposément aux Philippines récemment. Le groupe déclare : « Selon les termes de notre contrat, nous n'avons pas le droit de proposer du jeu aux résidents malaisiens et donc nous ne le faisons pas. »

« La police locale est par ailleurs obligée de vérifier certains accusations faites et nous sommes bien entendu enclin à coopérer avec les autorités pour pouvoir nous disculper aussi vite que possible. Pendant ce temps, tous nos services sont perturbés en prenant du temps pour aider la police. »

Le groupe affirme être confiant dans le dénouement de cette affaire et estime suivre les lois. Plus d'informations devraient nous parvenir dans le futur.

Bodog Asie avait déjà été inquiété pour une autre affaire de fraude concernant certains employés de la société ainsi que l'ancien exécutif Jan-robert Gustafsson. Cette enquête est encore en cours et les magouilles de Gustafson devrait également être révélé dans les semaines/mois à venir.

PUBLICATIONS ASSOCIÉES

Réagir à cet article

Vous devez être connectés pour commenter. Inscrivez-vous ou connectez-vous.