Partouche.be entre en course contre 770.be

img auteur
Par LE 21.11.2011
Partouche.be entre en course contre 770.be

Partouche.be vient d'obtenir sa licence pour opérer un casino en ligne en belgique.


Les casinos Partouche viennent de recevoir l'agrément des autorités belges pour opérer leur premier casino en ligne légal sur partouche.be. Contrairement à 770.be et pokerstars.be qui ont du trouver un "allier" parmi les casinos terrestres belges (comme le prévoit l'agrément), Partouche n'a pas eu besoin de partenaires étant donné qu'il possède plusieurs casinos terrestres en belgique. Partouche possède en effet 40% de parts de marché pour les "jeux en dur" à travers ses 4 casinos (Ostende, Knokke, Chaudfontaine et Dinant).

Partouche.be proposera plus d'une vingtaine de machines à sous comme So Money, Space Voyage, Shiver My Timbers, etc.. ainsi que les jeux de tables traditionnels (blackjack, craps, roulette, etc.), et des vidéo-poker. Le site proposera également du poker texas hold'em, comme il le fait sur partouche.fr.

Le nouveau site du casino en ligne partouche.be

casino partouche.be

Bonus spécial Partouche.be

Pour tous les nouveaux joueurs de casino belges, Partouche.be offrira un ticket gratuit de 5€ pour tester les jeux de casino. L'offre est valable entre le 12 Septembre et se terminera au 31 Décembre 2011. Le bonus n'a aucune condition de playthrough et ne pourra pas etre retiré.

Pour les joueurs de poker, Partouche.be proposera un bonus de 400€ sur leur premier dépot. Le bonus est égal à 100% du premier dépot, dans une limite de 400€. Les joueurs auront 120 jours pour le débloquer, par tranches de 20 fois le montant du bonus.

Le Casino Partouche.be : le test pour la France ?

L'ouverture du casino en ligné légal Partouche.be devrait constituer un test grandeur nature pour le groupe Partouche qui pourrait devoir faire face à l'ouverture des jeux de casino en France en 2012. La compétition s'annoncera alors serrée avec les spécialistes du online comme Bwin.Party et Betclic.Everest.

PUBLICATIONS ASSOCIÉES

Réagir à cet article

Vous devez être connectés pour commenter. Inscrivez-vous ou connectez-vous.