Tentative d'intimidation d'un général thaïlandais pris la main dans le sac

img auteur
Par LE 30.12.2015
Tentative d'intimidation d'un général thaïlandais pris la main dans le sac

La police thaïlandaise, aidée par les forces militaires, est constamment en train de combattre les cercles de jeux illégaux répartis aux quatre coins du pays. Certains de ces cercles comportent des officiers du gouvernement, ce qui conduit parfois à des situations de tentatives d'intimidation lors des arrestations.

Le colonel déterminé

Pour rappel, les casinos sont interdits au Vietnam et les amoureux du jeu doivent se rendre dans les nombreux casinos frontaliers du Cambodge pour jouer. D'autres choisissent la solution des tripots clandestins.

Au début du mois, la police a reçu des informations d'habitants de Phuket attestant de la tenue régulière d'un cercle de jeux illégal. Le cercle proposait des machines à sous et un jeu de dé appelé « High-Low ».

Selon les informations, les organisateurs de ce cercle n'avaient pas l'air de craindre les lois. En effectuant un raid, la police a compris pourquoi.

Sur la centaine de personnes présentes au moments des faits, près de 40 ont été arrêtées, dont une partie d'officiers du gouvernement. L'un des hommes en charge du raid raconte quelques jours après qu'il a reçu l'ordre informel de cesser l'attaque au moment où elle se produisait.

Pendant le raid, le colonel Sompop Kamkana s'est fait tendre un téléphone par l'une des joueuses, lui disant que l'appel était pour lui. Au bout du fil se tenait un général de l'armée qui a ordonné à Sompop de relâcher immédiatement tous les suspects et de faire comme s'il ne s'était rien passé. Après le refus du colonel, le général a commencé à s'emporter et a menacé Sompop, en précisant qu'il avait « des amis très puissants et qu'il serait transféré hors de Phuket ».

Sompop a pu identifier que l'appel venait effectivement d'un général de l'armée mais a décidé de ne pas dévoiler son identité pour l'instant, conscient que cette information pourrait lui coûter très cher.

Cette affaire montre à quel point les fermetures de cercles illégaux sont difficiles à gérer. Ces cercles sont légions dans le pays et certains comportent parmi leurs réguliers des membres du gouvernement, qui n'hésitent pas à jouer de leurs relations pour faire plier les policiers.  

PUBLICATIONS ASSOCIÉES

Réagir à cet article

Vous devez être connectés pour commenter. Inscrivez-vous ou connectez-vous.