Un croupier et une joueuse accusés d'avoir fraudé un casino américain pour 78.390$

img auteur
Par LE 04.12.2015
Un croupier et une joueuse accusés d'avoir fraudé un casino américain pour 78.390$

Un croupier du casino Mohegan Sun, Connecticut, a plaidé non coupable après avoir été accusé de tricher avec une joueuse à hauteur de 78,390$. Les autorités et le casino sont en train de rassembler le plus de preuves possibles pour condamner les deux individus.

Chacun accuse l'autre

Roy Mariano fait face à des accusations graves de triche avec une joueuse régulière du casino Mohegan Sun. Le casino a découvert qu'il a transféré illégalement 78,390$ à Marlene Rivera en l'espace de 16 visites au casino pendant le mois d'août 2015.

L'enquête sur Mariano a commencé en septembre. L'officier Thomas Nickerson a visionné les enregistrements des caméras de sécurité et a constaté que Marianao glissait un jeton de 100$ en dessous des piles de 5$ à chaque fois que Marlene Rivera gagnait une main. Pas très fin il faut le reconnaître.

L'accumulation de toutes les mains, étalées sur ces 16 sessions, a permis au duo de générer 78,390$.

Interrogé sur les faits, Mariano a déclaré qu'il avait agi ainsi suite à son changement de contrat avec le casino. Employé d'abord à plein temps, il avait été placé à mi-temps en mars 2015. D'après Mariano, Rivera l'a approché quelques mois après et lui a proposé de participer à cette arnaque. Il affirme ne pas se souvenir exactement de la somme totale que la joueuse a partagé avec lui.

De son côté, Rivera affirme que c'est Mariano qui l'a approché et a suggéré ce plan à son petit ami, en proposant de partager les gains à 50/50. C'est ensuite Rivera qui a remplacé ce petit ami et a continué l'escroquerie en partageant à 50/50 avec le croupier.

Toutes ces sessions enregistrées sont conservées par le casino pour l'enquête.

La seule part d'ombre concerne les partages des gains entre Mariano et Rivera. La joueuse affirme qu'elle retrouvait Mariano à la fin de son shift quand il se dirigeait vers la salle de repos. Toutefois, les caméras de surveillance n'ont aucune trace de ces rencontres et personne n'a jamais aperçu les deux compères discuter hors des tables ou échanger de l'argent.

Cette partie est étonnante car on imagine mal comment ils auraient pu tenter de partager l'argent dans l'enceinte même du casino, alors qu'il est beaucoup moins risqué de le faire en dehors.

Le croupier et la joueuse risquent de fortes amendes et des peines de prison, avec sursis à priori.  

PUBLICATIONS ASSOCIÉES

Réagir à cet article

Vous devez être connectés pour commenter. Inscrivez-vous ou connectez-vous.