Une femme vole 231 000£ à son employeur pour jouer en ligne

img auteur
Par LE 09.09.2013
Une femme vole 231 000£ à son employeur pour jouer en ligne

Shelly Reilly, directrice exécutive dans l'industrie du pétrole, a été accusé de détournement de fonds pour 231,000£ à son employeur Scorpio UK. La sentence est de 18 mois de prison.

Un motif qui ne passe pas ?

Cette femme de 41 ans a détourné 231,000£ pendant une période de 10 mois et l'a dépensé durant de longues sessions de jeux en ligne. Le plus drôle dans cette histoire – car il y a quelque chose de drôle – est la raison invoquée pour ces vols.

Reilly a affirmé jouer cet argent en espérant gagner assez pour se permettre un traitement de fertilité. Voilà son motif. Pourquoi ne pas voler et utiliser directement l'argent pour se payer le traitement ? Selon elle, le fait de jouer en ligne devait lui permettre de gagner de l'argent en plus et ainsi effectuer son « rêve ». La vérité est que cela pue l'excuse vaseuse pour tenter d'attendrir la cour de justice...

Le juge David Higgins a déclaré les action de Reilly comme étant « déplorables et profondément anti-sociales ». « Le comportement criminel était prémédité, planifié professionnellement, sophistiqué et très grave ».

« Par-dessus tout ça, bien sûr, cela constitue une grave violation de la confiance placée en vous, et ce de façon répété. »

Un cercle vicieux interminable

La combine de Reilly a été découverte lors d'un audit de sa société. Cet audit était justifié par les pauvres performances de travail de la femme, dues à ses sessions de gambling tardives. Elle doit maintenant rembourser 70,000£.

Le procureur Peter Zinner déclare en conclusion : « A la place de la joie du jackpot, il semblerait qu'elle ait cumulé d'énormes pertes et que cela soit devenu hors de contrôle. Elle a continué à jouer en vue de récupérer de ses pertes mais celles-ci se sont multipliées à un niveau très important. »

PUBLICATIONS ASSOCIÉES

Réagir à cet article

Vous devez être connectés pour commenter. Inscrivez-vous ou connectez-vous.