Partouche contre-attaque et porte plainte pour diffamation et violation du secret d'instruction

img auteur
Par LE 02.05.2018
Partouche contre-attaque et porte plainte pour diffamation et violation du secret d'instruction

Suite aux attaques policières orchestrées le mois dernier contre le groupe Partouche et son hôtel-casino le 3.14, le deuxième casinotier français a décidé de contre-attaquer en portant plainte contre X pour violation du secret d’instruction et diffamation. Certains éléments de l’enquête laissent en effet à penser que le professionnalisme de la justice a pu être bafoué.

La police et la justice ont-ils agi de façon professionnelle ?

Partouche a décidé de ne pas se laisser faire. Il y a moins d’un mois, le casino 3.14 du sud a été attaqué par une trentaine de policiers pour le motif que des parties non déclarées de poker se joueraient. Selon les autorités, Partouche aurait organisé des parties high-stakes durant lesquels les sommes jouées n’étaient pas proprement déclaré. Le montant déclaré « était parfois 20 fois inférieur à celui réellement joué ».

Il y a quelques jours, Partouche a décidé de contre-attaquer via un communiqué pour la façon dont l’attaque policière a eu lieu et pour le traitement de l’instruction par la suite.

Premièrement, une caméra de M6 était présente et suivait les policiers lors de l’interpellation des trois cadres Partouche et l’attaque du casino. Ce qui est regrettable, selon le groupe, est qu’une caméra d’un média télévisé ait été invité, compromettant alors la présomption d’innocence de Partouche. Le lendemain, M6 communiquait sur les faits.

« Quelques jours plus tard, le 19 mars, le chef du service central des courses et jeux donnait une interview sur France Bleu Azur. » a déclaré Partouche.

Cette interview peut être jugée illégale car seul le procureur de la république est habilité à s’exprimer sur ce type d’affaires, tant qu’un jugement n’a pas eu lieu. En outre, M6 et d’autres médias ont par la suite parler du fait que les établissements visés par les perquisitions allaient sûrement être fermés administrativement.

Partouche dans la posture de la victime

Ces éléments sont du pain béni pour Partouche qui peut ainsi contre-atttaquer. Le groupe estime que son image a été bafouée et que cela a contribué à la baisse de près de 20 % de la valeur en bourse du groupe. « Cette situation nous cause des problèmes colossaux. Il y a eu tant d’articles négatifs dans les journaux que les banques hésitent à financer nos nouveau projets. »

Partouche ne conteste pas tant les accusations, mais plutôt le traitement de celles-ci. Si certains estiment que c’est jouer sur les mots, il faut reconnaître que certains éléments peuvent montrer un manque de professionnalisme, à commencer par le fait que les caméras de M6 aient été invités aux arrestations.

Partouche a jugé qu’il s’agissait d’une bonne opportunité pour porter plainte et demander « réparation intégrale du préjudice subi, en raison, notamment, des informations malveillantes et orientées, divulguées dans les médias. »

La suite au prochain épisode.

PUBLICATIONS ASSOCIÉES

Réagir à cet article

Vous devez être connectés pour commenter. Inscrivez-vous ou connectez-vous.