L'AGA craque sous la pression des milliards de Sheldon Adelson

img auteur
Par LE 26.05.2014
L'AGA craque sous la pression des milliards de Sheldon Adelson

Le débat aux Etats-Unis concernant les jeux d’argent en ligne (jeux de casino et poker en ligne) ne cesse de connaître des rebondissements. Dernièrement, l’American Gaming Association (AGA), l’un des défenseurs des législations de jeux en ligne, vient de changer de braquet et a décidé de ne plus supporter ces formes de jeux. Une décision à la fois surprenante et prévisible…

L’AGA décide d'acquiescer

L’AGA a exprimé au Wall Street Journal que le groupe avait décidé de ne plus supporter ce problème, arguant que l’industrie était trop divisée sur le sujet. « Une des choses que nous avons appris dans cette industrie est que nous sommes définitivement très compétents pour se taper les uns sur les autres. »

En d’autres termes s’il y a trop d’opposition à leur conviction, il est temps de changer d’avis… Malheureusement, l’AGA est le énième acteur de l’industrie à craquer sous la pression du milliardaire Sheldon Adelson, fervent opposant des jeux en ligne aux Etats-Unis.

Parmi les membres appartenant à l’AGA se trouvent Caesars Entertainment, Boyd Gaming, MGM Resorts et le Las Vegas Sands. Le Las Vegas Sands est la société de Sheldon Adelson et est le plus gros groupe de casinos terrestres des Etats-Unis.

En début d'année, Adelson menaçait de quitter l'AGA à cause du désaccord sur le sujet. Il semblerait donc que l'AGA ait jugé préférable de baisser leur pantalon plutôt que de tenir tête...

Peu d’arguments mais suffisamment de milliards

C’est là que l’on commence à voir le problème de l’influence malsaine d’Adelson sur les jeux en ligne. Comme vous le savez probablement, il a décidé de faire interdire ces formes de jeux coûte que coûte pour des raisons que lui seul semble comprendre... Il est prêt à « dépenser la somme qu’il faudra » pour que tous les partisans des jeux d’argent en ligne se rangent à ses côtés. Et quand on possède des milliards, il est très facile d’acheter les opposants et d’en faire de fidèles alliés. La conviction importe peu, mais nous sommes en 2014 et recevoir une enveloppe bien garnie est bien plus convaincant.

L’idée n’est pas de dire que les jeux de casino et le poker en ligne sont forcément une bonne chose. Il faut en effet peser le pour et le contre et mettre en place des législations saines, aussi bien pour les opérateurs que pour les joueurs. Mais il est vraiment regrettable de voir l’influence d’un seul homme sur les politiques et acteurs de cette industrie, et de voir que la plupart craque un par un sous la pression des lobbyistes qu’il a engagés

 

PUBLICATIONS ASSOCIÉES

Réagir à cet article

Vous devez être connectés pour commenter. Inscrivez-vous ou connectez-vous.