L'Arjel rencontre d'autres régulateurs européens pour discuter du futur du poker en ligne

img auteur
Par LE 04.07.2017
L'Arjel rencontre d'autres régulateurs européens pour discuter du futur du poker en ligne

Alors que les opérateurs et les joueurs en parlent depuis des années maintenant, il semblerait que l'ouverture des liquidités du poker en ligne français soit de plus en plus proche. L'Arjel a déclaré récemment dans un communiqué que les régulateurs français, italien, espagnol et portugais allaient se rencontrer ce jeudi 6 juillet pour discuter des nouvelles orientations du poker en ligne européen.

D'abord une discussion

L'annonce de l'Arjel n'annonce pas encore une réelle mesure mais une réunion entre décideurs. Les régulateurs des quatre pays européens ayant un marché fermé est prévue pour le 6 juin et aura pour but de constituer « la base de la coopération entre les autorités signataires ». Le communiqué poursuit en précisant que cette coopération « sera suivie de mesures complémentaires nécessaires pour chaque juridiction impliquée pour permettre la mise en place effective des tables de poker mutualisées. »

Bien qu'il ne s'agisse que d'une discussion, les joueurs français ont espoir que cette rencontre soit enfin la base de l'ouverture du marché avec d'autres juridictions européennes.

Les joueurs attendent du changement

Depuis son lancement en 2010, le poker en ligne peine à fidéliser et attirer de nouveaux joueurs. Partager plusieurs juridictions en une permettrait de réunir les joueurs et proposer de plus gros tournois et de meilleures garanties. Ce sera un argument de poids pour ceux qui critiquent le faible échantillon du marché français.

Actuellement, Winamax est le numéro 1 du marché français, suivi de Pokerstars. Il n'est pas impossible qu'un partage des liquidités n'avantagent Pokerstars et lui permette de combler son retard face à Winamax.

Entre le cash-game et les tournois, c'est le cash-game qui a le plus souffert de la régulation du marché. En ne jouant qu'entre français, l'échantillon est parfois faible et il est difficile de trouver des tables actives à certaines heures. Les tournois restent le format privilégié car ils permettent de faire rêver. Il est possible d'investir 5€ et d'en retirer 1,000€ ou plus en cas de performance et c'est exactement ce que veut le joueur moyen.

Il ne reste plus qu'à savoir si le partage des liquidités aura bien lieu (c'est quasiment sûr), s'il sera implanté cette année (beaucoup moins sûr) et si les quatre pays concernés auront le même marché (il se peut que le partage soit deux par deux par exemple). Bref, quelques jours à attendre pour en savoir plus et quelques bons mois pour voir apparaître un changement !  

PUBLICATIONS ASSOCIÉES

Réagir à cet article

Vous devez être connectés pour commenter. Inscrivez-vous ou connectez-vous.