Marché des jeux en ligne en Belgique, de nouvelles contraintes pour les opérateurs

img auteur
Par LE 14.11.2017
Marché des jeux en ligne en Belgique, de nouvelles contraintes pour les opérateurs

La Belgique est définitivement l’un des pays au monde imposant la législation la plus stricte concernant les jeux en ligne. La semaine dernière, la Cour Constitutionnelle a décidé que les sites des opérateurs légaux ne pourraient plus proposer plusieurs types de jeux différents sur un même site, à moins de posséder une licence pour chaque catégorie de jeux.

Les opérateurs belges tremblent

Cette décision a été faite suite à une remarque de l’opérateur terrestre Rocoluc NV (qui dispose également de CasinoBelgium.be), qui a déclaré que les licences terrestres ne permettaient pas aux opérateurs de proposer différentes formes de gambling au sein de leurs établissements et qu’il était donc normal que les opérateurs en ligne soit traités de la même façon.

Concrètement, il faudra bientôt une licence pour une URL (adresse internet).

Rocoluc ne cache pas son intention de nuire à ses concurrents car il a déjà attaqué la situation de monopole de Ladbrokes de proposer des jeux virtuels dans ses boutiques de jeux physiques en Belgique. Il semble que l’intention de Rocoluc soit d’empêcher ses concurrents de prospérer tout en espérant que la situation lui profitera.

Par décision de justice, Ladbrokes a été forcé d’enlever les jeux virtuels de ses boutiques de paris mais celui-ci continue de proposer, légalement, des jeux virtuels sur son site Ladbrokes.be. La situation est anormale pour Rocoluc, qui estime que les opérateurs terrestres doivent être traités comme les opérateurs en ligne. Rocoluc a 500,000€ de dommages et intérêts au gouvernement.

Les conséquences pourraient être dramatiques pour les sites de jeux légaux en Belgique car il leur faudra bientôt prévoir une licence pour chaque type de jeux qu’ils proposent. Le changement impliquera d’investir du temps et de l’argent pour ces nouvelles licences, comme ce sera le cas pour Ladbrokes et ses quelques jeux virtuels. Compte tenu des contraintes futures, il est presque sûr que l’offre des opérateurs va s’amoindrir. Pourquoi en effet s’acharner (et payer) pour une licence quand on ne propose que quelques jeux dans la catégorie ?

Le marché des jeux en ligne en Belgique est l’un des plus strictes au monde. Les opérateurs doivent s’affranchir de nombreuses contraintes pour avoir le droit de proposer légalement leurs offres aux joueurs belges. Il y a peu, le gouvernement a décidé d’interdire les publicités liées aux jeux d’argent en ligne pendant les rencontres sportives télévisées.  

PUBLICATIONS ASSOCIÉES

Réagir à cet article

Vous devez être connectés pour commenter. Inscrivez-vous ou connectez-vous.