Un casino a besoin de ses plus gros joueurs pour prospérer

img auteur
Par LE 02.03.2017
Un casino a besoin de ses plus gros joueurs pour prospérer

Chaque jeu disponible dans un casino terrestre ou en ligne dispose de cotes avantageuses pour la maison. Comme vous le savez, l'avantage n'est pas énorme mais il devient important à mesure que l'on multiplie les mises et le nombre de joueurs. Le casino est capable de générer de gros profits en prélevant un petit pourcentage sur chaque joueur.

Mais même si tous les joueurs participent à l'effort de guerre, la majorité des profits est toujours réalisée par une poignée d'entre eux. Ces joueurs sont les poumons d'un casino car ils sont capables d'être des dépensiers réguliers. En général, on estime que la moitié ou plus du chiffre d'affaires d'un casino est généré par quelque 5% des joueurs. Une récente étude concernant l'opérateur British Columbia Lottery Corporation (BCLC) a montré que cette proportion était respectée.

Merci au top 5%

Une étude publiée par l'Université de Colombie Britannique (Canada) a montré que les plus gros joueurs de la BCLC contribuaient à 45,9% des dépenses du site. En prenant un mois complet – juin 2015 – elle a trouvé que 41,041 joueurs en ligne ont dépensé quelque 118C$ millions (avec 48 millions de mises en tout). Le site Playnow, opéré par la BCLC, propose différentes formes de jeux d'argent et 30% de ses joueurs misent sur la partie casino.

Pourtant, ces 30% totalisent 96,7% des paris du site. On voit donc que la partie casino est de loin la plus populaire et la plus rentable (pour le site). 80% de ce qui est généré au casino l'est via les machines à sous.

Le joueur de loterie fait en moyenne 9 mises par mois pour une moyenne de 3,4C$. Le joueur de casino est plus aux alentours des 760 mises avec une moyenne de 1,2C$ par coup. Le top 20% des joueurs du site génèrent 82% de l'ensemble des paris casinos. Le top 5% quant à lui (ce qui correspond à 619 joueurs) est responsable de 45,9% des dépenses totales.

Ces joueurs VIP lâchent en moyenne 12,594 mises par mois à une moyenne de 6,4C$. Ils sont capables de miser environ 66,361C$. Il est important de noter la différence entre les dépenses et les pertes. Les pertes sont forcément moins importantes, voire beaucoup moins importantes dans le cas d'un joueur qui sait un minimum ce qu'il fait.

Malgré ces chiffres relativement « normaux », la BCLC est en train de se faire malmener par les médias. Faire confiance aux « baleines » pour générer une part importante de son chiffre d'affaires est courant. Mais le cas de la BCLC est particulier car le groupe jouit d'un monopole en Colombie Britannique dû au fait qu'il affirme être le seul à placer la santé publique avant son chiffre d'affaires.

PUBLICATIONS ASSOCIÉES

Réagir à cet article

Vous devez être connectés pour commenter. Inscrivez-vous ou connectez-vous.