Australie : au sein du groupe Crown Resorts, des démissions en cascade pour cause de blanchiment d’argent

Julien E.
Julien E.
Dernière édition le
Australie : au sein du groupe Crown Resorts, des démissions en cascade pour cause de blanchiment d’argent

Le directeur général de Crown Resorts, l’un des plus grands groupes de casinos en Australie, a imité plusieurs autres dirigeants de la firme ayant annoncé leur démission plus tôt au mois de février. Ainsi, Ken Barton a donc lui-même trouvé une porte de sortie, le tout sur fond d’accusations de blanchiment d’argent et de liens avec le crime organisé qui plombent actuellement l’un des projets phares du groupe à Sydney. Décryptage.

Le directeur général de Crown Resorts ne résiste pas à la pression et démissionne

En début de mois, les résultats d’une enquête publique avait été publiés en Australie, sermonnant de ne pas accorder de licence à Crown Resorts pour l’exploitation de son casino flambant neuf récemment construit à Sydney, la plus grande ville du continent océanique. Cette décision est motivée par le fait que le groupe n’a jamais daigné répondre aux accusations de blanchiment d’argent et de liens présumés avec le crime organisé dont il fait les frais.

Aussi Ken Barton, directeur général de Crown Resorts, a-t-il annoncé sa démission lundi dernier dans un contexte de forte pression médiatique, après plus d’une décennie passée au sein du groupe, dont il a notamment dirigé le département financier. À noter qu’avant lui, trois autres responsables hauts placés ont annoncé leur départ, ce qui laisse entendre que l’ère post-James Packer (le nom du milliardaire emblématique ayant gouverné le groupe Crown Resorts d’une main de fer) n’est pas des plus nettes…

Pour lever le voile sur le scandale, c’est le régulateur de l’État de la Nouvelle-Galles du Sud en personne qui a ordonné l’ouverture d’une enquête, probablement influencé par un article de presse qui prétendait déjà que les casinos Crown étaient utilisés à des fins de blanchiment d’argent, argent provenant de la traite d’êtres humains, du trafic de drogue, du terrorisme et de l’exploitation sexuelle de mineurs. L’ex-juge de la Cour suprême de l’État d’Australie, Patricia Bergin, a estimé que Crown Resorts n’est pas digne d’obtenir une licence. Pire encore, selon un avocat, de l’argent sale a très probablement été blanchi dans les établissements Crown de Melbourne et de Perth.

Crown : « […] Conscients de la nécessité d’un changement radical »

Patricia Bergin a, entre autres choses, dénoncé « la mauvaise gouvernance de Crown Resorts, une gestion de risque déficiente et une mauvaise culture d’entreprise », préconisant qu’une série de réformes soit mise en place avant que le groupe ne soit autorisé à ouvrir son casino dans la tour flambant neuve de 75 étages qu’il a fait construire sur la baie de Sydney — culminant à plus de 270 mètres de hauteur, le bâtiment, qui abrite un hôtel et des restaurants, est la plus haute tour de la ville.

L’ex-ministre australienne des communications désormais présidente de Crown Resorts, Helen Coonan, a maintenant la rude tâche de trouver un successeur à Ken Barton. Cette dernière a assuré qu’un dispositif de restructuration a été lancé pour améliorer la culture d’entreprise et sa gouvernance, tout en ajoutant qu’il restait « beaucoup à faire ». « Nous ne sous-estimons pas lampleur du problème et sommes conscients de la nécessité dun changement radical », a-t-elle assuré.

0 COMMENTAIRE

Dernières Publications

Royaume-Uni et Covid-19 : les bookmakers tirés d’affaire dès le 12 avril prochain
Royaume-Uni et Covid-19 : les bookmakers tirés d’affaire dès le 12 avril prochain

Royaume-Uni et Covid-19 : les bookmakers tirés d’affaire dès le 12 avril prochain

Au Royaume-Uni, le Premier ministre Boris Johnson a récemment annoncé que les salons de paris sportifs — jusqu’ici contraints à la fermeture en raison de la...

Autriche : une nouvelle autorité de régulation des jeux de hasard et un système d’auto-exclusion à l’étude
Autriche : une nouvelle autorité de régulation des jeux de hasard et un système d’auto-exclusion à l’étude

Autriche : une nouvelle autorité de régulation des jeux de hasard et un système d’auto-exclusion à l’étude

En Autriche, c’est actuellement le Ministère des Finances qui est responsable de l’octroi de licences d’exploitation aux opérateurs agréés. Cependant,...