Casinos Barrière : le père cède sa place à son fils à la présidence du groupe

Julien E.
Julien E.
Dernière édition le
Casinos Barrière : le père cède sa place à son fils à la présidence du groupe

Exit Dominique Desseigne. Alexandre Desseigne, héritier de l’empire familial (avec sa soeur Joy), est parvenu à convaincre son vieux père et le conseil d’administration de lui confier les clés de l’entreprise. Par conséquent, la présidence du Groupe Barrière est désormais entre les mains du jeune entrepreneur de 34 ans. Son père, âgé de 78 ans, n’aura pas réussi à rester en poste jusqu’à ses 85 ans…

Alexandre Desseigne s’empare du Groupe Barrière tout en douceur

Véritable joyau français, le Groupe Barrière rayonne sur le marché des casinos. Dominique Desseigne, président historique de la société, aurait bien aimé décider de l’avenir des prestigieux établissements de Cannes, Deauville ou Enghien-les-Bains quelques années de plus. Malheureusement pour lui, il n’en sera rien, car il a été devancé par son fils, Alexandre Desseigne.

Cette nouvelle, toutefois, n’est que partiellement étonnante quand on sait qu’Alexandre — avec sa soeur Joy Desseigne —, est l’actionnaire majoritaire de l’entreprise depuis le décès de leur mère, Diane Barrière, douze ans plus tôt. En effet, frère et soeur détiennent à ce jour près de 60 % du capital du Groupe Barrière en nue-propriété. Quant à Dominique Desseigne, le président sortant ne possédait que l’usufruit des actions de ses descendants ; c’est en effet l’homme d’affaires Marc Ladreit de Lacharrière qui détenait le capital restant, à hauteur de 40 %.

L’on notera que trois cabinets d’avocats spécifiques ont été sollicités pour sceller la passation de pouvoir, le père de famille ayant vécu les ambitions de son fils comme une sorte d’affront. « Ça, c’était avant. Les relations père-fils se sont apaisées. Alexandre s’est révélé ces deux dernières années. De plus, il a le soutien de la majorité du conseil d’administration, notamment de Marc Ladreit de Lacharrière et de l’ancien Président de la République, Nicolas Sarkozy », explique une source proche du dossier, révélant également que Joy Desseigne reste aux côtés de son père dans le capital du groupe.

Un nouveau directeur général, le soutien de Rothschild et Lazard

Quid de Marc Ladreit de Lacharrière, cependant ? Eh bien ce dernier ne fait plus partie de l’équation : les enfants Desseigne ont tout bonnement racheté l’intégralité de ses actions, forçant le fondateur et président de la holding Fimalac à se retirer du capital de Barrière. « Marc Ladreit de Lacharrière est trop occupé à gérer le groupe de médias Webedia, dont il est propriétaire. Il avait fait part de son intention de sortir du capital de Barrière », explique la même source.

Entre temps, deux célèbres banques d’affaires, Rothschild et Lazard, ont accompagné les deux jeunes héritiers dans le montage financier de l’opération de rachat. Pour terminer, un directeur général a également été recruté, et pas des moindres ! Il s’agit en effet de Grégory Rabuel, l’ex-directeur général de SFR et d’Altice.

0 COMMENTAIRE

Dernières Publications

Liechtenstein : les habitants votent largement contre la fermeture des casinos
Liechtenstein : les habitants votent largement contre la fermeture des casinos

Liechtenstein : les habitants votent largement contre la fermeture des casinos

Les six casinos du Liechtenstein étaient menacés de disparaître. Finalement, il n’en sera rien. En effet, les établissements de jeux de hasard lancés en 2017 et...

Game of Gladiators Uprising de Play’n Go : pénétrez dans l’arène et battez-vous jusqu’à la mort !
Game of Gladiators Uprising de Play’n Go : pénétrez dans l’arène et battez-vous jusqu’à la mort !

Game of Gladiators Uprising de Play’n Go : pénétrez dans l’arène et battez-vous jusqu’à la mort !

Il est grand temps d’aiguiser votre épée et d’enfiler votre casque sur les casinos en ligne Play’n Go ! En effet, la firme suédoise vient de lancer une nouvelle...