Des revenus proches du néant : les casinos de Macao traversent une crise qui pourrait les rayer de la carte

Julien E.
Julien E.
Dernière édition le
Des revenus proches du néant : les casinos de Macao traversent une crise qui pourrait les rayer de la carte

Le jeu est de loin l’industrie la plus importante de Macao, laquelle regroupe des emplois massifs et constitue plus de 80 % des revenus du territoire autonome. Or, les casinos des plus grands groupes tels que Wynn, MGM et Sands ont été frappés de plein fouet par la pandémie de Covid-19, celle-ci ayant entraîné la fermeture des frontières de la ville pendant plus de deux ans. Aujourd’hui, l’avenir des casinos de Macao est très incertain, et le pessimisme est de mise.

Casinos de Macao : les recettes brutes des jeux devraient chuter d’au moins 98 %

Depuis la semaine dernière, Macao a reçu l'ordre strict de cesser toute activité pour faire face à une recrudescence des cas de Covid-19. Macao, ancienne colonie portugaise désormais gouvernée par la Chine, est soumise à la fameuse politique du « zéro Covid » de Pékin qui vise à éliminer toute trace du virus à l'intérieur de ses frontières.

Non seulement de telles mesures ont largement démontré leur inefficacité, mais les nouvelles restrictions imposées à Macao, qui devaient supposément durer une semaine, ont été prolongées de sept jours supplémentaires. En outre, les autorités chinoises ont fait une annonce assez inédite, déclarant que les casinos sont également concernés par le confinement, ce qui est en soi un revirement par rapport aux mesures précédentes.

Selon Vitaly Umansky, analyste principal chez Bernstein Research, les récentes mesures vont avoir un impact terrible sur les recettes brutes des jeux, qui n’est autre que l’indicateur le plus important relatif aux revenus des casinos. « Ces derniers vont probablement plonger près de zéro », a prévenu Vitaly Umansky. En effet, l’équipe de Bernstein Research prévoit que les recettes brutes des jeux de Macao chuteront d’au moins 98 % ce mois-ci par rapport à juillet 2019, c’est-à-dire avant que la pandémie ne frappe, et ce en supposant que les casinos reprennent bel et bien leurs activités la semaine prochaine.

Les opérateurs de casino tentent de trouver des solutions pour survivre

Plus le temps passe, plus les entreprises qui exploitent des casinos à Macao voient rouge. Ainsi, les principales actions de casino négociées à Hong Kong — telles que celles de Sands China (SCHYF), Wynn Macau (WYNMF) et MGM China (MCHVF) —, ont chuté d'environ 60 % ou plus depuis le début de l’année 2020.

En outre, les grandes sociétés du divertissement avaient déjà du mal à stopper l’hémorragie de leurs liquidités avant que la pandémie de Covid-19 n’éclate. Ainsi, en 2020, au début de la crise sanitaire mondiale, Wynn avait révélé qu'il perdait jusqu'à 2,6 millions de dollars par jour !

Au cours du printemps 2022, l’industrie du jeu de Macao au sens large aurait perdu entre 113 et 260 millions de dollars par mois, estime Goldman Sachs. Outre les confinements, l’un des facteurs qui pèsent sur les entreprises est le fait que les autorités chinoises aient interdit le licenciement des travailleurs. Malheureusement, si le décret a contribué à protéger les moyens de subsistance des personnes, il a exacerbé la pression financière sur les firmes de jeux de casino. À Macao, la main-d'œuvre représente entre 20 et 25 % des coûts d’exploitation.

À l’étranger, la pandémie et les conditions actuelles causent en tout cas de sérieux maux de tête aux dirigeants. Récemment, tant le Sands que le Wynn Macao se sont tournés vers leurs propriétaires pour les aider à traverser la tempête, avec des prêts obtenus auprès de chacune de leurs sociétés mères américaines, selon les analystes de Bernstein.

Mais les nouvelles restrictions arrivent à un moment particulièrement délicat, les opérateurs de casino devant bientôt émettre une demande pour prolonger leur licence d’exploitation, faute de quoi ils devront quitter Macao. Or, le gouvernement local exige d’importantes liquidités en guise de garantie. « Les sociétés mères de ces filiales fortement endettées doivent injecter des liquidités  dont elles ne disposent pas nécessairement, si bien que Macao représente un véritable fardeau pour elles », explique Vitaly Umansky.

0 COMMENTAIRE

Dernières Publications

Jeux de casino en ligne au Canada : 5 entités appellent à la répression des opérateurs illégaux
Jeux de casino en ligne au Canada : 5 entités appellent à la répression des opérateurs illégaux

Jeux de casino en ligne au Canada : 5 entités appellent à la répression des opérateurs illégaux

Au Canada, cinq sociétés de jeux d’argent provinciales ont formé une coalition inédite afin de lutter contre les jeux de casino en ligne illégaux dans le pays....

Casino de Vals-les-Bains : 7,5 millions d’euros injectés pour rénover le restaurant et l’hôtel
Casino de Vals-les-Bains : 7,5 millions d’euros injectés pour rénover le restaurant et l’hôtel

Casino de Vals-les-Bains : 7,5 millions d’euros injectés pour rénover le restaurant et l’hôtel

Le casino de Vals-les-Bains, détenu et exploité par le groupe Circus — filiale de la société belge Gaming1 —, sera très bientôt embelli. En effet,...