Picardie : les casinos du littoral tentent de se refaire une santé !

Julien E.
Julien E.
Dernière édition le
Picardie : les casinos du littoral tentent de se refaire une santé !

Les quatre casinos du littoral picard, respectivement le casino de Mers-les-Bains, du Tréport, de Cayeux-sur-Mer et de Fort-Mahon-Plage, ont beau avoir subi les effets de la crise sanitaire, ces derniers font tout leur possible pour retrouver des couleurs malgré les temps difficiles.

À Mers-les-Bains et au Tréport, l’optimisme est de mise pour les casinos

Les casinos de Mers-les-Bains et du Tréport, lesquels sont tous deux gérés et exploités par des sociétés privées ayant reçu une concession de la part de la municipalité, ont presque le moral au beau fixe.

En effet, tout porte à croire que l’établissement de Mers-les-Bains est le casino picard ayant le mieux résisté aux contraintes sanitaires imposées par le gouvernement durant la pandémie de Covid-19. Le casino mersois s’en est mieux sorti que la moyenne nationale, justifiant d’un Produit Brut des Jeux (PBJ) en baisse de « seulement » 45 %, à 2,8 millions d’euros en 2021 (sur tout le territoire français, la chute du PBJ est d’environ 55 %).

Selon le dirigeant du casino de Mers-les-Bains, le début de l’année 2022 a été encore compliqué, « […] mais nous avons senti un élan quand les restrictions ont été levées, en particulier le pass sanitaire. Reste à savoir ce que donnera la hausse de l’inflation, car cela peut impacter le portefeuille des ménages », termine-t-il, l’air songeur.

Quant au casino du Tréport, exploité par le groupe Joa, sa saison 2021-2022 s’annonce prometteuse. En effet, le directeur du casino, Christophe Ougen, confie que les six premiers mois de l’exercice fiscal ont été bons, dans la lignée de ceux observés en 2019, avant l’explosion de la crise Covid. « Les hébergements touristiques sont au complet chez nous et les gens ont besoin de se divertir. Mais nous restons méfiants », précise-t-il.

À Cayeux-sur-Mer et Fort-Mahon-Plage, on investit pour inverser la tendance

À Cayeux-sur-Mer, la directrice du casino, Sabrina Mortki-Blachère, regrette de mauvais chiffres malgré le fait que les clients reviennent petit à petit. Il faut dire que le panier moyen a baissé, d’où la chute des recettes du casino de l’ordre de 30 % en glissement annuel. Cela dit, le casino de Cayeux-sur-Mer ne s’est pas laissé abattre : « Les aides de l’État nous ont aidé à garder le cap et nous avons même profité des confinements pour réaliser de gros travaux. Après trente ans d’existence, notre établissement avait besoin d’un sérieux coup de jeune ».

Le casino de Fort-Mahon-Plage a lui aussi continué d’investir. Géré par le groupe Viking, ce dernier a renouvelé plus de 10 % de son parc de machines à sous et étudie un projet de rénovation d’envergure pour 2023. Son PBJ a toutefois baissé de 47 % par rapport à l’exercice fiscal 2018-2019, et s’établit à seulement 2 707 014 €.

0 COMMENTAIRE

Dernières Publications

Suède : lourdes sanctions infligées pour non-respect des lois contre le blanchiment d’argent
Suède : lourdes sanctions infligées pour non-respect des lois contre le blanchiment d’argent

Suède : lourdes sanctions infligées pour non-respect des lois contre le blanchiment d’argent

En Suède, le régulateur local, la Spelinspektionen, a sanctionné les opérateurs Kindred, AB Trav Och Galopp (ATG) et PinBet pour des manquements liés à la...

Betsoft Gaming : un peu de fantaisie chinoise avec la machine à sous Golden Dragon Inferno
Betsoft Gaming : un peu de fantaisie chinoise avec la machine à sous Golden Dragon Inferno

Betsoft Gaming : un peu de fantaisie chinoise avec la machine à sous Golden Dragon Inferno

Le jeudi 24 novembre 2022, le développeur et fournisseur de jeux de casino en ligne Betsoft Gaming a lancé Golden Dragon Inferno, sa nouvelle machine à sous sur le thème du...