Bagnères-de-Luchon : l’avenir du plus petit casino de France reste indécis…

img auteur
Par LE 01.08.2019
Bagnères-de-Luchon : l’avenir du plus petit casino de France reste indécis…

À Bagnères-de-Luchon, dans le département de la Haute-Garonne, l’avenir reste encore et toujours indécis pour le casino de la petite commune. En effet, le casino inauguré pendant l’été 1885 a connu bien des hauts et des bas ces trente dernières années. Mais depuis 2011, ce sont plutôt des échecs qu’il a rencontrés. Après bien des tentatives de recours à la délégation de service public, on ignore encore si l’établissement pourra être à nouveau exploité. Décryptage.

Bagnères-de-Luchon : un casino sans le moindre avenir ? 

Au mois de juillet, le conseil municipal de Bagnères-de-Luchon a encore débattu sur l’avenir de son casino. Il était notamment question de la réimplantation et de l'exploitation d'une activité casinotière sur le territoire de la commune, choix qui s’est avéré peu pertinent depuis 2011, année qui a marqué le début d’une série d’échecs cuisants. En effet, si le casino de Bagnères-de-Luchon a tenu bon jusqu’à cette date, par la suite, il a enchaîné les ouvertures… et fermetures.

Lorsque le plus petit casino de France fut placé en liquidation judiciaire pour la toute première fois, entraînant avec lui quatorze licenciements, l’espoir de le maintenir à flot via une délégation de service public était intact. Or, les successeurs désignés pour remplacer l’ex-délégataire se sont tous plus ou moins distingués par leur manque d’implication, et de sérieux.  

Retour sur un feuilleton risible qui aura duré six ans…

En 2012, un premier contrat est paraphé par la municipalité avec la Société Grand Casino de Bagnères-de-Luchon, laquelle est gérée par deux associés. Deux mois plus tard, au grand dam de la Commission Nationale des Jeux, le duo demande à ce que leur société soit placée en redressement judiciaire… En 2016, la mairie, contrainte de réétudier le dossier, décide de confier la délégation à un groupe important : la Société Française des Casinos (SFC). 

Service de restauration, programme d’animations sur l’année, machines à sous en grande quantité, tout porte à croire que le casino va retrouver ses lettres de noblesse. Malheureusement, le PDG de l’époque décide finalement que le bâtiment du casino n’est pas conforme à une exploitation moderne. Il demande donc sa délocalisation. La municipalité propose une implantation sur le site des Thermes Chambert, idée peu soutenue par les Luchonnais. Enquête publique défavorable, pétition contre le projet, dossier qui remet en question la santé financière de la SFC… Ça n’aboutira pas… 

Reste que la rupture du contrat de délégation de service public est désormais actée. En ce moment-même, ce sont les avocats qui ont la parole, eux qui ont pour mission de chiffrer le préjudice subi par la municipalité. Et ce qui est sûr, c’est que les discussions concernant la réouverture du casino de Bagnères-de-Luchon ne sont pas prêtes d’être relancées.

PUBLICATIONS ASSOCIÉES

Réagir à cet article

Vous devez être connectés pour commenter. Inscrivez-vous ou connectez-vous.