Caesars accepte des dépôts sans se poser de questions, écope d'une amende de 13£ millions

img auteur
Par LE 08.04.2020
Caesars accepte des dépôts sans se poser de questions, écope d'une amende de 13£ millions

La Commission des Jeux en Angleterre (UKGC) n’a pas son pareil pour sanctionner les opérateurs en les tapant directement au portefeuille. Récemment, la Commission a attrapé le géant des jeux de casino Caesars Entertainment UK avec une amende de 13£ millions pour avoir ignoré les règles du Jeu Responsable et avoir failli dans son rôle de lutte anti-blanchiment d’argent, selon Calvinayre.

Caesars faute auprès de nombreux joueurs

C’est un nouvel exemple de défaillance de la part d’un opérateur en Angleterre, que le régulateur a sanctionné en attribuant une amende de 13£ millions. La UKGC a révélé de nombreux manquements aux règles de Jeu Responsable de lutte contre le blanchiment d’argent, en n’intervenant pas lorsque des signaux de jeu compulsif apparaissaient clairement.

Parmi les cas les plus marquants, où Caesars n’a pas cherché à identifier l’origine des fonds joués, ni à s’assurer que les joueurs pouvaient se permettre certaines pertes, on retrouve :

- Un joueur qui s’était auto-exclu, qui a réussi à perdre 240,000£ en treize mois.

- Un autre joueur qui a perdu 323,000£ en douze mois, malgré des signes alarmants de jeu compulsif.

- Une nounou qui a perdu 18,000£ en un an, en demandant notamment de l’argent à des proches.

- Un postier à la retraite qui a perdu 15,000£ en 44 jours.

- Un joueur qui a perdu 1,6£ million en trois mois.

- Une serveuse qui a perdu 15,000£ en douze mois.

- Une personnalité politique qui a perdu 795,000£ en treize mois.

Dans ces cas, Caesars a été accusé d’accepter les dépôts sans poser de questions, sans s’assurer que l’argent dépensé était légitime. Pour cela, la Commission l’a condamné à 13£ millions d’amende, qui iront directement à l’association National Strategy to Reduce Gambling Harms. Caesars rejoint ainsi la liste des opérateurs déjà sanctionnés à coups de millions par le régulateur anglo-saxon.

Bien que le montant de la sanction puisse sembler élevé, il ne représente qu’une goutte d’eau comparé à la dette toujours impressionnante de Caesars. Malgré un chiffre d’affaires de 8,7$ milliards en 2019, la firme a enregistré des pertes sur cette période de 1,2$ milliard. Ces pertes ont été causés par le remboursement de leur dette, soit 1,37$ milliard d’intérêt.

Finalement, ces 13£ millions d’amende sont vus comme une goutte d’eau.

PUBLICATIONS ASSOCIÉES

Réagir à cet article

Vous devez être connectés pour commenter. Inscrivez-vous ou connectez-vous.