EGBA : vers une meilleure régulation de la publicité pour les jeux de casino ?

img auteur
Par LE 19.05.2020
EGBA : vers une meilleure régulation de la publicité pour les jeux de casino ?

La European Advertising Standards Alliance (EASA) — autorité qui régit les questions de publicité, de marketing et de communication sur le sol européen —, a mené une enquête sur demande de la European Gaming and Betting Association (EGBA) relative à son code de conduite. À en juger les conclusions de l’étude, ce dernier serait plus strict et plus complet que nombre de contrôles mis en place dans certaines juridictions à l’échelle nationale.

Le code de conduite de l’EGBA pour améliorer les régulations sur la publicité 

Dans le cadre d’une étude réalisée par l’EASA pour le compte de l’EGBA, la première a déclaré que le code de conduite de l’association européenne des jeux et paris portant sur la publicité pour les jeux d’argent pourrait considérablement améliorer les réglementations en matière de  communication et de marketing sur un certain nombre de marchés européens. Considéré comme plus strict et plus complet que la majorité des régulations locales, le code de conduite en question a été développé dans un contexte spécifique : celui de la directive européenne portant sur les services de médias audiovisuels, une réglementation qui a pour vocation de mieux protéger les joueurs, et plus particulièrement les mineurs. 

Rappelons que le code de conduite de l’EGBA impose une heure d’interruption précise pour la publicité diffusée à la télévision, et recommande l’utilisation d’outils de sélection et de classement par âge pour s’assurer que les campagnes marketing faisant l’éloge des jeux de casino ne soient pas vues par les téléspectateurs mineurs. Cette règle s’applique également à la diffusion de publicités sur internet (moteurs de recherche et réseaux sociaux inclus).

Uniquement 12 pays européens ont mis en place des mesures d’autorégulation

L’enquête de l’EASA a permis de révéler que 13 des 15 pays européens évalués n’avaient pas d'exigences réglementaires ou d'autorégulation appliquées spécifiquement au secteur des jeux d’argent. En outre, 3 d’entre eux ne contrôlent pas les systèmes d’autorégulation, lorsqu’il y en a. En effet, seuls 12 pays ont effectivement mis en place un cadre de contrôles volontaires et obligatoires concernant la diffusion de publicités pour les jeux d’argent. 

Selon l’EASA, les pays qui n’ont pas établi de règles législatives spécifiques pour protéger les mineurs face à l’exposition à des publicités sur les jeux d’argent devraient pouvoir bénéficier de la mise en œuvre du code de conduite de l’EGBA. Toujours d’après l’EASA, l’absence de réglementation concernant les médias sociaux semble être encore plus prononcée, aucune exigence spécifique n'ayant été fixée dans 13 des 15 pays évalués. 

Maarten Haijer, secrétaire général de l’EGBA, s’est exprimé au sujet des résultats de l’étude : « Cette première évaluation montre que le code mis au point par l'EGBA peut nettement renforcer les mesures liées à la diffusion de publicités responsables dans un certain nombre de pays de l’UE. »

PUBLICATIONS ASSOCIÉES

Réagir à cet article

Vous devez être connectés pour commenter. Inscrivez-vous ou connectez-vous.