Grâce à l'eSport, les jeux vidéo en Asie ont encore une grosse marge de progression

img auteur
Par LE 04.12.2018
Grâce à l'eSport, les jeux vidéo en Asie ont encore une grosse marge de progression

L’industrie eSports est une industrie très porteuse depuis quelques années et selon certains analystes, cette progression n’en est qu’à ses balbutiements. La firme UBS notamment estime que le continent asiatique à lui seul devrait abriter un secteur à 200$ milliards d’ici 2030.

Beaucoup de marge de progression, surtout en Asie

L’industrie de l’eSports est de plus en plus importante dans le monde et c’est en Asie que les espérances sont les plus grandes. En effet, l’Asie est LA terre des jeux vidéo à l’origine.

Le monde ne connaissait pas les compétitions de jeux vidéo quand certains pays fédéraient déjà des millions de personnes avec cette activité. La Corée du Sud en particulier a été le premier à organiser des compétitions avec des milliers de spectateurs sur des jeux comme Starcraft ou Counter-Strike.

Avec le développement des jeux vidéo sociaux et de plateformes comme Twitch, les compétitions eSports se sont beaucoup développées, à tel point que des acteurs comme la Française des Jeux s’intéresse à ce marché. Grâce au développement de l’eSport, les jeux vidéo deviennent eux aussi de plus en plus populaires.

L’adolescent boutonneux des années 80 est devenu une célébrité suivie par des millions de fans.

La firme UBS est donc très optimiste sur l’argent qui sera généré dans quelques années avec les jeux vidéo. Elle prévoit un marché global de près de 200$ milliards sur le continent asiatique d’ici l’année 2030. La progression chaque année devrait être d’environ 9,5 %.

« Ce n’est pas un hasard si l’Asie est la première à reconnaître l’eSport comme un sport. La culture des jeux vidéo en Asie a crû par à-coups durant les dernières années. Pour la première fois de l’histoire, le chiffre d’affaires des jeux vidéo en Asie va excéder celui du reste du monde, prouvant la position de cette région en tant que leader. »

A titre de comparaison, les prévisions de 200$ milliards en 2030 sont équivalentes aux revenues de l’industrie des smartphones en 2016.

PUBLICATIONS ASSOCIÉES

Réagir à cet article

Vous devez être connectés pour commenter. Inscrivez-vous ou connectez-vous.