Igaming en Grèce : Les opérateurs en ligne devront payer 5€ millions pour une licence

img auteur
Par LE 18.09.2018
Igaming en Grèce : Les opérateurs en ligne devront payer 5€ millions pour une licence

Les opérateurs de jeux en ligne vont devoir trouver une grande motivation pour entrer le marché grec. Selon igamingbusiness.com, le pays demande en effet des frais fixes de 5€ millions pour obtenir une licence et proposer son offre aux joueurs en ligne. Bien entendu, cela ne prend pas en compte les taxes et impôts annuels qu’ils devront régler par la suite.

Un taux fixe onéreux...

Le Ministre grec des finances a communiqué sur les conditions de l’obtention d’une licence en ligne. Les opérateurs devront s’acquitter de 4€ millions pour une licence de paris sportifs et d’1€ million supplémentaire pour proposer d’autres jeux d’argent en ligne.

Sans compter cette somme, ils devront mettre sur la table 500,000€ pour faire une demande de licence, pour montrer qu’ils disposent de fonds nécessaires pour assurer les premiers mois d’activité.

Côté exigence non financière, l’opérateur en question devra prouver qu’il possède une licence émanant d’une autre juridiction européenne avant de pouvoir s’intéresser à la Grèce. Le pays montre avec cette exigence qu’il ne veut que des acteurs d’expérience. Enfin, la firme devra prouver qu’elle n’a pas été inquiétée ou condamnée en Grèce durant les douze derniers mois.

La licence sera renouvelable tous les cinq ans et les opérateurs devront exprimer leur intention de renouvellement un an avant l’expiration de leur licence.

… Mais des taxes raisonnables

Côté taxes, le tableau paraît un peu plus abordable et contraste avec le prix de base de 4€ ou 5€ millions, selon l’activité. Les gains inférieurs à 100€ ne seront pas taxés mais ceux compris entre 100€ et 500€ seront assujettis à un taux de 15 %. Les gains de 500€ et plus seront taxés à 20 %.

Globalement, cela reste un taux raisonnable qui se situe dans la bonne moyenne des pays européens. Pour le moment, il ne s’agit que des prémices de la future loi et le gouvernement a annoncé attendre le retour des services publics, des ministères et des sociétés de jeux elles-mêmes. Nul doute que les opérateurs tenteront de faire baisser les 5€ millions de frais de licences.

Les avis sont attendus jusqu’au 10 octobre prochain. Passé ce délai, le gouvernement réfléchira plus en amont aux conditions de licences et établira un cadre juridique clair.

PUBLICATIONS ASSOCIÉES

Réagir à cet article

Vous devez être connectés pour commenter. Inscrivez-vous ou connectez-vous.