Japon : Caesars Entertainment veut éviter de reproduire ses erreurs passées

img auteur
Par LE 27.06.2018
Japon : Caesars Entertainment veut éviter de reproduire ses erreurs passées

Le futur marché des casinos terrestres au Japon fait rêver tous les opérateurs. C’est la raison pour laquelle la plupart des gros bonnets ont exprimé leur intention de faire construire dans le pays. Caesars Entertainment, qui avait fait l’erreur de ne pas se jeter sur Macau, a récemment déclaré qu’il souhaite amener des stars de la chanson dans son futur casino japonais pour attirer les clients et se démarquer de la concurrence.

Miser sur les stars pour attirer les visiteurs

Caesars souhaite faire du Japon le nouveau Las Vegas en proposant des concerts et spectacles de stars planétaires pour divertir les visiteurs de casino. Comme c’est fait à Vegas depuis des décennies, des stars pourraient faire le show si Caesars fait partie des élus. Pour rappel, le Japon doit choisir deux à trois opérateurs pour construire sur son territoire. Les places sont chères.

Caesars a déjà fait l’erreur de ne pas se jeter sur Macau quand il en a eu l’occasion. En 2002, celui-ci a refusé de poser sa candidature. En 2006, il refuse la proposition de racheter la licence de Wynn Resorts. Quelques années plus tard, Macau devenait la plus importante destination casinos au monde, dépassant très largement son plus proche concurrent Las Vegas.

Une erreur faite est une erreur à ne plus faire et Caesars l’a bien compris. Le potentiel énorme du marché japonais pourrait redresser la structure en difficulté depuis des années. Bien que sa dette colossale ait été en partie épongée, Caesars reste encore dans le rouge.

C’est la raison pour laquelle la firme cherche à trouver des pistes pour convaincre le régulateur japonais. Faire venir des stars semble être une bonne idée. Les Japonais sont en effet friands de la culture américaine, que ce soit au niveau du cinéma ou de la chanson. Une Mariah Carey ou une Céline Dion saurait à coup sûr attirer des milliers de visiteurs réguliers.

PUBLICATIONS ASSOCIÉES

Réagir à cet article

Vous devez être connectés pour commenter. Inscrivez-vous ou connectez-vous.