Jouer même quand on ressent une douleur - 5 signes qui montrent une addiction au jeu ou à internet

img auteur
Par LE 06.05.2015
Jouer même quand on ressent une douleur - 5 signes qui montrent une addiction au jeu ou à internet

Des signes d’addiction aux jeux ou à internet ont été découverts par la JAMA Internal Medecine après un nouveau cas de grave tendinite due à des sessions répétées sur le jeu Candy Crush, l’un des plus populaires de l’Apple Store et de Google Play (Android).

Candy Crush m’a tuer

Un homme qui a joué de façon excessive au jeu Candy Crush a approché des scientifiques après une grave tendinite au pouce. L’homme a joué à ce jeu tous les jours pendant 6 à 8 semaines. Il jouait plusieurs heures par jour.

C’est un phénomène que l’on voit de plus en plus souvent avec le développement des smartphones, tablettes et le nombre croissant d’application mobile.

Certaines personnes ne savent pas s’arrêter et continuent même de jouer alors qu’elles ressentent une gêne ou une douleur. La sensation de douleur est alors masquée par la frénésie du jeu.

Ce cas de Candy Crush, qui encore une fois est de plus en plus récurrent, confirme cette notion de « nouveau phénomène » » observée par The Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders. Le principe est qu’il existe de plus en plus d’addiction liée aux jeux sur mobile et à internet en général.

Les signes d’addiction

Après avoir découvert qu’environ 10% des enfants âgés de 10 à 19 ans en Corée du Sud étaient considérés comme des accrocs à internet, un professeur qui a travaillé dans un hôpital à Seoul et qui intervient maintenant à l’université de l’Utah a publié 5 signes qui montrent une addiction aux jeux ou à internet.

  1. Tout d’abord le fait d’avoir un rythme de vie inversée où la personne joue toute la nuit ou en partie, et qu’elle dort la journée.
  2. Ensuite si le fait de jouer trop souvent fait perdre son emploi à la personne, ou que l’enfant joue tellement qu’il ne va plus à l’école.
  3. Si la personne n’arrive plus à être suffisamment stimulée, à moins que les sessions de jeu ne soient très longues.
  4. Si le fait de se faire déconnecter ou d’être forcé à se déconnecter les rend irritables ou agressifs.
  5. Enfin si la personne pense toujours au jeu et ressent le besoin de jouer quand elle n’est pas connectée à son jeu ou ressent le besoin d’internet.

PUBLICATIONS ASSOCIÉES

Réagir à cet article

Vous devez être connectés pour commenter. Inscrivez-vous ou connectez-vous.