La Commission des Jeux Britannique montre comment les opérateurs doivent respecter les joueurs

img auteur
Par LE 21.10.2016
La Commission des Jeux Britannique montre comment les opérateurs doivent respecter les joueurs

Un groupe de parieurs britanniques a accusé William Hill d'avoir délibérément retardé le paiement d'un joueur en ligne – tout en ayant essayé d'annuler ses gains. Le joueur en question avait placé un retrait qui comprenait environ 13,000£ de gains et l'argent a mis un mois entier à lui parvenir.

La Commission Britannique est montée au créneau pour défendre les intérêts du joueur contre le bookmaker, une situation impossible en France à cause de l'absence de régulation.

William Hill hypocrite sur ce cas

Justiceforpunters.org est un groupe dirigé par Brian Chappell qui milite pour le droit des joueurs dans le domaine des jeux d'argent en ligne. Le nom du joueur dont parle l'affaire n'a pas été révélé, nous l’appellerons donc Eric pour plus de clarté.

Eric est un joueur en ligne de William Hill qui se concentre principalement sur les paris hippiques. En général, il mise à coup de quelques centaines de pounds par paris. Lors de son inscription sur Hill en juillet 2016, Eric a effectué un premier dépôt très solide de 7,100£.

En septembre 2016, William Hill informe le joueur qu'il ne pourra plus placer de paris uniques supérieurs à 100£. Assez vite, il poursuit en limitant le compte à des paris compris entre 10 et 50£. Sans connaître les détails, on imagine que cela était dû au fait que le joueur devait être gros gagnant et l'opérateur a voulu limiter la casse avant de devoir payer trop cher.

Le problème quand on prend des dépôts importants est qu'il faut être prêt à payer les gros retraits.

En parlant de problème, ceux d'Eric ont commencé quand celui-ci a réussi à placer un retrait de 19,600£, incluant son dépôt initial. Alors que son compte était déjà vérifié (un compte est vérifié dès l'inscription en Grande-Bretagne, selon la Commission des Jeux), William Hill lui a demandé à plusieurs reprises d'apporter des preuves supplémentaires d'identité.

Une semaine après la demande de retrait, Hill informe le joueur que son compte a été fermé parce que les documents personnels n'avaient pas pu être vérifiés. Sa balance de 19,600£ s'est évaporée sans arriver sur son compte bancaire.

Erreur de William Hill, sanctionnée immédiatement

Chappell – qui avait alerté la Commission Britannique sur cette affaire - précise qu'Eric a réussi à effectuer un dépôt de 10£ près de deux semaines après sa fermeture, tout en arrivant à placer quelques paris. Cette simple action a suffi à donner raison au joueur, comme l'explique Chappell ci-dessous, qui a vu les 19,600£ réapparaître et qui a pu placer un retrait sans problème.

« Affaire remportée. Ils ne pouvaient pas payer ses 20,000£ parce qu'ils ne pouvaient pas vérifier son compte, mais ensuite ils l'ont quand même laissé déposer à nouveau et miser. C'est un exemple classique de ce que certaines firmes font et nous avons de plus en plus de cas de ce genre. Quand les joueurs perdent, il n'y a jamais de justificatif à apporter. »

Dans un marché régulé comme celui de Grande-Bretagne, les opérateurs ne peuvent pas se permettre d'accepter de l'argent de joueur non-vérifié. William Hill a prétexté ne pas pouvoir payer le joueur à cause du manque d'information mais a fait l'erreur d'accepter de l'argent de ce même joueur quelques jours après. On peut toujours rêver de ce genre de situation en France, où les casinos peu scrupuleux se font attraper lors de retard ou manquement de paiement...

PUBLICATIONS ASSOCIÉES

Réagir à cet article

Vous devez être connectés pour commenter. Inscrivez-vous ou connectez-vous.