La patronne de Bet365 touche 265£ millions sur l'année écoulée

img auteur
Par LE 07.12.2018
La patronne de Bet365 touche 265£ millions sur l'année écoulée

Denise Coates a battu un nouveau record pour l'année fiscale écoulée puisqu'elle a encaissé un pactole monstre de 265£ millions, incluant son salaire et les dividendes de sa société. A une période où les jeux d'argent sont de plus en plus critiqués au Royaume-Uni, elle est une fois de plus la chef d'entreprise la mieux payée du pays grâce à sa société Bet365.

Une rémunération obscène

Bet365 est un monstre en ligne qui a généré un chiffre d’affaires de 2,9£ milliards et des profits de 660£ millions lors de l’année écoulée. Grâce à ses 51% de parts dans la structure, Denise Coates s’assure donc des dividendes solides de 45£ millions, qu’elle a choisit d’encaisser plutôt que de réinvestir ou de donner.

Mais l’essentiel du pactole engrangé par Denise Coates provient de son salaire exorbitant. La co-fondatrice de Bet365 s’est réservé un salaire net de 220£ millions, soit une hausse de 18 % sur l’année précédente.

Précisons qu’elle était déjà la PDG la mieux payée de Grande-Bretagne l’année dernière avec 217£ millions. Malgré cette position, elle a choisir d’augmenter encore ses revenus.

Même la casinotier le plus riche au monde, Sheldon Adelson, ne lui arrive pas à la cheville en termes de rémunération personnelle puisqu’il s’est payé 26,1$ millions, étant pourtant dans le top 30 des personnes les plus riches de la planète.

Autant d’argent reçu en si peu de temps – sachant que Denise Coates est déjà milliardaire – a choqué des millions d’observateurs. Ce pactole représente 26 fois le montant de l’argent donné par l’ensemble de l’industrie au programme de lutte de l’addiction. Cette personnalité déjà très discrète vis-à-vis des médias ne risque pas de se montrer dans le futur proche.

Avec un salaire aussi exorbitant, peut-être serait-il bien avisé de payer certains gains joueurs...

PUBLICATIONS ASSOCIÉES

Réagir à cet article

Vous devez être connectés pour commenter. Inscrivez-vous ou connectez-vous.